Popularité de la marque Toshiba Pc

500

Contacter le SAV Toshiba Pc

Pour contacter le service Toshiba Pc sur son service après-vente (S.A.V), vous pouvez consultez les informations sur cette page.

Le nom de l’entreprise concerné par le service après vente possède plusieurs dénominations ou marques comme : Toshiba Pc, @ToshibaANZ ou toshiba.fr et elle travaille généralement dans le secteur News et plus précisément dans la catégorie Produit/service .

Vous pouvez contacter le SAV ou service après vente toshiba pc par exemple pour les motifs suivant :

  • Réparation, Bug, cassé ou autre anomalie avec Toshiba Pc France
  • Colis endommagé ou abîmé en provenance de Toshiba Pc 
  • Demande de facture, remboursement ou un avoir chez Toshiba Pc 
  • Demande de garantie ou prise en charge assurance avec Toshiba Pc en France
  • Faire une réclamation à toshiba pc

SAV Toshiba Pc par téléphone

Mise en relation avec le Service après vente Toshiba Pc ci-dessous :

Disponibilité : 7j/7 et 24h/24

APPELER au 0890248809 * 0890248809 0,80 € / min
 

Service de renseignement et de mise en relation : Ce site est un service privé payant d’information et de renseignement distinct des marques et des services publics non-rattachés à ces derniers

Toshiba Pc est sur Facebook

@ToshibaANZ

Produit/service

Adresse de la page Facebook : 1498141
https://fr-fr.facebook.com/ToshibaANZ/

Contacter Toshiba Pc SAV par internet

Voici l’url de la page correspondant aux services après vente pour Toshiba Pc :

https://www.toshiba.fr/pages/fr/contact

Vous pouvez trouver plus d’informations si besoin sur le site internet toshiba.fr

Horaires d’ouverture du service SAV Toshiba Pc

Aucune donnée

Liste des magasins en France Toshiba Pc

Aucune donnée

Questions courantes sur Toshiba Pc

Aucune donnée

Description de l’entreprise Toshiba Pc et de son SAV

À propos de Toshiba

Toshiba Corporation est l’un des plus anciens et des plus grands producteurs japonais de produits électriques industriels et de consommation. La société est également le plus grand fabricant mondial de puces informatiques DRAM (mémoire vive dynamique). Toshiba, une famille de plus de 200 entreprises consolidées et affiliées, est l’un des keiretsu ou conglomérats de deuxième rang du Japon. Ces groupes d’entreprises sont liés par l’histoire et la tradition, ainsi que par des participations croisées, des directions imbriquées et des contacts personnels. Avec une histoire qui remonte au XIXe siècle et une gamme de produits qui s’étend des semi-conducteurs aux centrales nucléaires, Toshiba a joué un rôle actif dans l’ascension du Japon au premier plan du commerce international.

Toshiba a été créée en 1939 par l’union de deux fabricants d’équipements électriques, ShibauraSeisakusho Works et Tokyo Electric Company, Ltd. Le plus ancien des deux, Shibaura, remonte au premier magasin de matériel télégraphique du Japon, Seizo-sha. Hisashige Tanaka, que l’on a appelé « Edison du Japon », a créé l’entreprise en 1875. Le climat commercial dans lequel l’entreprise a débuté était cependant loin de celui dans lequel elle a ensuite fonctionné. À la fin du XIXe siècle, le Japon était loin derrière la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et les États-Unis en matière de développement industriel. Assiégé avec des problèmes économiques résultant du renversement du gouvernement Tokugawa en 1869 et un énorme afflux de biens et de machines importés qui menaçait ses industries naissantes, le Japon était vulnérable à la colonisation. Confronté à la tâche de renforcer ses industries chancelantes, le nouveau gouvernement a réagi rapidement.

En octobre 1870, le ministère de l’Industrie (Kobusho) est créé et agit ensuite comme un catalyseur du développement industriel du pays. Dans sa tentative d’intégration des technologies contemporaines au Japon, le gouvernement s’est concentré sur l’embauche d’ingénieurs, de techniciens et de scientifiques étrangers pour former les ingénieurs nationaux à l’utilisation des machines importées ; le gouvernement a également envoyé ses propres ingénieurs à l’étranger pour inspecter les techniques de fabrication dans le but de sélectionner les machines et les techniques de fabrication à utiliser dans les industries japonaises.

L’intégration des technologies étrangères a été mise en pratique pour la première fois par Seizo-sha, qui avait adopté le nom de ShibauraSeisakusho Works en 1893. La machine à vapeur de 1 300 chevaux-vapeur de l’entreprise, copiée à partir des plans d’un homologue anglais, a été construite avec succès dans une usine de Kanebo, au Japon. Cette entreprise a convaincu les industriels japonais de leur potentiel de progrès technologique par l’adoption de technologies étrangères et leur adaptation aux compétences et ressources nationales.

Shibaura a adopté ce concept dans les années 1880, déterminant que le paiement direct des connaissances technologiques était le moyen le plus rapide d’améliorer ses capacités technologiques. Cette stratégie a aidé l’entreprise à se développer dans la fabrication de transformateurs, de moteurs électriques et d’autres équipements électriques lourds dans les années 1890.

Shibaura a également fait ses propres découvertes pendant cette période, en créant les premiers générateurs hydroélectriques au Japon en 1894. En 1902, les propres capacités technologiques de Shibaura avaient permis de produire une dynamo à courant triphasé de 150 kilowatts pour l’arsenal de la baie de Yokosuka, marquant ainsi l’une des premières transformations de la technologie étrangère vers la technologie japonaise, et le début de l’ascension de la société au premier plan du commerce international. La société a mis au point les premiers tubes à rayons X du Japon en 1914.

Alors que Shibaura et d’autres entreprises japonaises se renforcent et augmentent leurs capacités, elles sont profondément affaiblies par l’avènement de la Première Guerre mondiale. Au début de la guerre, les fabricants japonais sont coupés de l’Allemagne, de l’Angleterre et des États-Unis, principaux fournisseurs de machines, de matériaux industriels et de produits chimiques, ce qui les oblige à se tourner les uns vers les autres pour obtenir les matériaux et les machines nécessaires à la survie de leurs jeunes industries. Les difficultés rencontrées pendant cette période ont cependant eu des avantages à long terme, car elles ont forcé l’industrie japonaise à devenir autosuffisante et ont ouvert la voie au progrès industriel du pays.

Shibaura continua à se développer dans l’entre-deux-guerres et fusionna avec la Tokyo Electric Company, Ltd. en 1939. Tokyo Electric avait également été créée avant le début du XXe siècle. Connue à l’origine sous le nom de Hakunetsusha&Company, la société a été fondée par le Dr IchisukeFujioka et ShoichiMiyoshi. Hakunetsusha s’était distinguée comme le premier fabricant de lampes à incandescence du Japon. La société nouvellement fusionnée, nommée Tokyo Shibaura Electric Company, Ltd, est rapidement devenue largement connue sous le nom de Toshiba. Les innovations japonaises d’avant la Seconde Guerre mondiale de la société comprenaient des lampes fluorescentes et un radar.

À la fin des années 1940, le Japon est rapidement passé d’une période d’auto-isolement et d’autonomie à une période d’occupation et de défense largement bienveillante. Avec l’aide du gouvernement japonais et de ses citoyens, l’Autorité d’occupation américaine a institué des réformes sociales et économiques, et a versé des ressources sur les marchés financiers d’après-guerre. La réadmission du Japon dans la communauté commerciale internationale lui a donné accès aux marchés étrangers pour les produits manufacturés et les matières premières. La surabondance de matières premières disponibles à l’époque a permis au Japon de se procurer les produits nécessaires en grandes quantités à des prix favorables et, par conséquent, de retrouver sa puissance financière et industrielle.

Dans ce climat plus favorable, Toshiba a recommencé à prospérer. Les actions de la société ont été cotées pour la première fois à la Bourse de Tokyo et à la Bourse d’Osaka en 1949. Soutenue par la puissante maison de commerce du groupe Mitsui, la situation financière de l’entreprise était bien assurée. À partir des années 1950, Toshiba a lancé un programme visant à renforcer sa compétitivité sur les marchés nationaux et internationaux. La société a produit le premier équipement de radiodiffusion du Japon en 1952, et a lancé les ordinateurs numériques en 1954.

Il faudra cependant attendre un certain temps avant que les politiques commerciales modernes n’affectent fondamentalement l’entreprise. Les dirigeants de Toshiba ont été critiqués pour leur adhésion rigide à un système féodal de hiérarchie et de statut. Les hauts fonctionnaires maintenaient des horaires de travail laxistes et étaient très éloignés de toute activité opérationnelle. Une séparation incontestable entre un supérieur et ses subordonnés rendait l’échange d’idées pratiquement impossible. Pour réduire la charge de responsabilité d’un cadre, de nombreuses signatures étaient nécessaires pour approuver un document. Ainsi, l’innovation était facilement bloquée dans une chaîne de bureaucratie.

Au début des années 1960, ces problèmes internes ont été aggravés par une récession économique. En un an, les bénéfices avant impôts de Toshiba sont passés de 36 millions de dollars à 13 millions de dollars. Pour stopper toute nouvelle érosion, un changement radical s’imposait. Pour la deuxième fois seulement dans l’histoire de Toshiba, la société a cherché un étranger pour aider l’entreprise en difficulté. Le conseil d’administration de la société a engagé ToshiwoDoko pour prendre la direction de l’entreprise. Doko avait été salué comme l’architecte de la fusion en 1960 des industries lourdes Ishikawajima et de la société de construction navale et d’ingénierie Harima, qui a donné naissance au plus grand constructeur naval du monde, IHI.

Lorsqu’il a rejoint Toshiba en tant que président en 1965, Doko a conservé son titre de président de l’IHI. Ce statut combiné a fait de Doko le premier industriel du Japon. Ces deux sociétés avaient des intérêts communs avant la nomination de Doko chez Toshiba ; IHI possédait plus de dix millions d’actions de Toshiba et Toshiba contrôlait plus de quatre millions d’actions d’IHI. Après la nomination de Doko à la présidence, Toshiba a augmenté sa participation dans IHI, les deux sociétés partageant des cadres dans leurs conseils d’administration et établissant des accords commerciaux. Cet échange, une marque de fabrique du keiretsu, a renforcé la position financière de Toshiba.

Parmi les autres mesures correctives prises par Doko, citons la réduction de la dépendance de Toshiba vis-à-vis des capitaux empruntés. Cette mesure a été facilitée par l’accord de la General Electric Company, basée aux États-Unis, d’acheter la totalité de l’émission de capital de Toshiba. La participation de General Electric dans Toshiba remonte à la période précédant la Seconde Guerre mondiale, mais elle a diminué dans les années qui ont suivi. L’injection de capitaux a permis à Toshiba d’étendre et de moderniser ses activités.

Le nouveau président de la société a également lancé une vaste campagne d’exportation des produits Toshiba dans le monde entier. En créant des départements indépendants, la société pouvait mieux faciliter l’exportation de biens de consommation et de biens industriels. Des contrats importants ont été conclus avec des entreprises américaines pour l’exportation de générateurs, de transformateurs et de moteurs, ainsi que de téléviseurs et d’appareils ménagers.

D’autres efforts de rationalisation ont pris la forme d’une expansion de la force de vente, de l’embauche de nouveaux cadres et de la consolidation des opérations. En 1967, Toshiba contrôlait 63 filiales et employait plus de 100 000 personnes ; la société se classait comme le plus grand fabricant d’électronique au Japon et la quatrième plus grande entreprise du pays. Mais à la lumière de l’expansion spectaculaire des concurrents nationaux comme Sony et Hitachi dans les années 1970, les performances de Toshiba étaient généralement considérées comme médiocres.

En 1980, un nouveau président, Shoichi Saba, a donné un nouvel élan à la société. Ingénieur en électricité de formation, Saba a canalisé de vastes ressources vers la recherche et le développement, notamment dans les domaines des semi-conducteurs, de l’informatique et des télécommunications. En octobre 1984, Toshiba a créé un laboratoire de systèmes d’information et de communication pour développer et intégrer des produits de bureautique. Cette même année, Toshiba a été responsable du premier satellite de diffusion directe au monde. L’investissement en R&D de la société a porté ses fruits en 1985, lorsque Toshiba a remporté la course mondiale au développement de la première puce mémoire DRAM d’un mégaoctet. En 1987, la société produisait près de la moitié des puces d’un mégaoctetUtilisés dans des équipements allant des chaînes stéréo aux ordinateurs, les semi-conducteurs sont rapidement devenus une partie importante du portefeuille de Toshiba. Rien qu’en 1986, les installations de Toshiba dans le domaine des semi-conducteurs ont connu une augmentation de 55 % grâce à des contrats en France et en Allemagne de l’Ouest, ainsi qu’à une demande intérieure en plein essor. Pour la première fois de son histoire, Toshiba a surpassé son plus proche concurrent, Hitachi, Ltd, pour devenir le deuxième plus grand fabricant de semi-conducteurs au monde, derrière NEC Corporation.

Des coentreprises et des accords avec des sociétés japonaises et étrangères ont facilité l’échange de technologies. En 1986, Toshiba a conclu une coentreprise avec Motorola pour sa production japonaise de mémoire d’ordinateurs et de microprocesseurs. Les deux sociétés se sont engagées dans le développement collectif de microprocesseurs et de puces de mémoire sur la base d’un échange de technologie, et ont également développé une usine de fabrication au Japon. Les efforts de ce type ont facilité le développement de systèmes de reconnaissance vocale et de systèmes d’autocommutateurs privés numériques (PBX), qui transmettent les appels téléphoniques dans les bâtiments privés. Grâce à un accord conclu en 1986 avec AT&T, Toshiba a commencé à commercialiser ces systèmes dans tout le Japon, tout en aidant cette société dans sa veille technologique.

La même année, Toshiba a conclu un accord avec IBM-Japon pour commercialiser ses ordinateurs à usage général sur le marché intérieur. Grâce à cet accord, Toshiba a commercialisé ses propres équipements de communication avec les ordinateurs d’IBM-Japon, vendant aux agences gouvernementales, aux gouvernements locaux et à d’autres institutions auxquelles IBM (en tant qu’intérêt étranger) avait été précédemment bloqué. Un contrat de commercialisation supplémentaire avec IBM a permis d’introduire au Japon le premier ordinateur portable compatible PC, le TJ3100, et a rencontré un grand succès. En 1991, Toshiba avait conquis plus d’un cinquième du marché des ordinateurs portables.

Le domaine pour lequel Toshiba est le plus connu reste sa division de produits de consommation, qui a connu une croissance rapide dans les années 1980 grâce à des acquisitions et des innovations. En avril 1984, Toshiba a réorganisé les sections de production, de marketing et de recherche et développements de ses produits vidéo et audio, en les regroupant en un seul endroit centralisé. Alors que les ventes de produits de consommation courante tels que les magnétoscopes, les lecteurs de disques compacts, les téléviseurs et les enregistreurs de cassettes personnels continuaient à croître, Toshiba a rapidement capitalisé sur de nouveaux marchés également. En 1986, la société a pénétré le marché de la vidéo domestique, créant une filiale à part entière et introduisant 110 nouveaux titres vidéo sur le marché japonais. La même année, elle a signé un accord pour fournir du matériel de câble à l’American Television and Communications Corporation.

Bien que Toshiba soit surtout connue en Amérique pour ses produits informatiques et de consommation, elle possède un large éventail d’autres activités commerciales. Parmi les sociétés japonaises, Toshiba est un leader dans la production d’équipements électroniques médicaux de pointe. En 1986, la société a commencé à fournir des analyseurs chimiques du sang, utilisés pour détecter les maladies du foie et des reins, à Allied Corporation, un important fabricant américain de produits chimiques. D’autres réalisations témoignent de la clairvoyance technologique de Toshiba dans la résolution des problèmes mondiaux et nationaux. Toshiba a commencé à produire des équipements pour l’enrichissement du combustible d’uranium destinés aux centrales nucléaires, marquant ainsi une étape importante vers l’acquisition par le Japon d’un approvisionnement national en combustible nucléaire.

Ces nombreux succès réalisés sous Shoichi Saba ont été éclipsés par un scandale en 1987 impliquant Toshiba Machine, une filiale à moitié détenue par Toshiba. Selon des sources de Washington, la filiale a vendu des équipements d’insonorisation de sous-marins à l’Union soviétique, alors communiste. Cet équipement rendait la détection plus difficile et obligeait l’OTAN à moderniser son matériel de détection anti-sous-marine. Bien que Toshiba ait affirmé ne pas pouvoir contrôler les opérations quotidiennes de la filiale, la vente a enfreint une loi occidentale concernant la vente d’équipements technologiquement avancés aux pays communistes. Deux cadres de la filiale faisant l’objet de l’enquête ont été arrêtés et quatre fonctionnaires de haut rang ont démissionné. Le gouvernement japonais a interdit à la filiale d’exporter des produits vers l’Union soviétique pendant un an et a abrogé son droit de parrainer des visas pour le personnel en visite des pays du bloc de l’Est. Au milieu des protestations croissantes au Japon et aux États-Unis, le président de Toshiba, SugichiroWatari, a présenté des excuses publiques aux États-Unis. Puis, le 1er juillet 1987, Watari et le président Shoichi Saba ont tous deux remis leur démission de la Toshiba Corporation à la suite d’un vote du Sénat américain visant à interdire l’importation des produits Toshiba pendant trois ans. JoichiAoi, un ancien vice-président exécutif senior, a assumé la présidence de Toshiba.

Ironiquement, l’humeur anti-japonaise suscitée par cet épisode a peut-être revitalisé le moral de Toshiba. Peut-être pour compenser la perte du marché américain, le président JoichiAoi a dirigé l’expansion énergique de la société sur les marchés mondiaux. Dans les dernières années des années 80, Toshiba a commencé à offrir sa technologie de circuit intégré à la Chinese Electronics Import and Export Corporation pour l’aider à développer la production télévisuelle. En 1991, une entreprise commune avec General Electric a poursuivi cet effort, en mettant l’accent sur les gros appareils ménagers. La société a également remporté un contrat de 12 milliards de yens pour la construction d’une usine d’assemblage de téléviseurs couleur en Russie, marquant ainsi le premier accord de cette nature entre Moscou et une société japonaise. Ainsi, malgré une perte de 5 milliards de yens due à l’embargo américain, le revenu net de la société a presque doublé, passant de 61 milliards de yens en 1987 à 121 milliards de yens en 1990. Les triomphes fiscaux de Toshiba ont été couronnés par la nomination en 1991 du président JoichiAoi au titre de PDG de l’année en Asie.

Mais avec la nouvelle décennie sont apparus de nouveaux impératifs économiques, notamment ceux créés par une récession mondiale et la hausse du yen. Alors que les revenus annuels de Toshiba sont restés pratiquement inchangés de 1990 à 1994, les bénéfices du géant de l’électronique ont chuté de plus de 90 % pour atteindre 12 milliards de yens, leur plus bas niveau en plus d’une décennie.

Le président de Toshiba, Aoi, et le président Fumio Sato ont employé diverses stratégies dans l’espoir de renverser cette tendance à la baisse. Une réorganisation de 1993 s’est concentrée sur la promotion de l’interaction et de la flexibilité entre les centaines d’opérations de la société. En accord avec les tendances de l’industrie, les dirigeants se sont efforcés de raccourcir les cycles de développement des produits, de réduire les dépenses de production et de suivre de plus près les demandes des consommateurs. Ils se sont également efforcés de diversifier davantage la gamme de produits de consommation de Toshiba, dont 50 % étaient encore des téléviseurs couleur. L’entreprise s’est efforcée de mettre l’accent sur des produits à fort potentiel tels que les communications cellulaires, le multimédia et l’électronique mobile. Au milieu de tous ces changements, la société a cependant prévu de continuer à utiliser de manière libérale les alliances stratégiques pour son bénéfice mutuel.

PS : Le service de mise en relation avec les SAV proposé par le site contacter-sav.org est un service indépendant et non affilié à la société Toshiba Pc. Les coordonnées gratuites ou de mise en relation sont indiquées dans les textes ci-dessus.

Page de renseignement SAV pour Toshiba Pc crée le 22 juin 2020 – Indice 1 

Dernière modification : 19/02/21

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.