Popularité de la marque Orvis

500

Contacter le SAV Orvis

Pour contacter le service Orvis sur son service après-vente (S.A.V), vous pouvez consultez les informations sur cette page.

Le nom de l’entreprise concerné par le service après vente possède plusieurs dénominations ou marques comme : Orvis, @orvisflyfishing ou www.orvis.com et elle travaille généralement dans le secteur Shopping et plus précisément dans la catégorie Magasin d’équipements de plein air .

Vous pouvez contacter le SAV ou service après vente orvis par exemple pour les motifs suivant :

  • Réparation, Bug, cassé ou autre anomalie avec Orvis France
  • Colis endommagé ou abîmé en provenance de Orvis 
  • Demande de facture, remboursement ou un avoir chez Orvis 
  • Demande de garantie ou prise en charge assurance avec Orvis en France
  • Faire une réclamation à orvis

SAV Orvis par téléphone

Mise en relation avec le Service après vente Orvis ci-dessous :

Disponibilité : 7j/7 et 24h/24

APPELER au 0890248809 * 0890248809 0,80 € / min
 

Service de renseignement et de mise en relation : Ce site est un service privé payant d’information et de renseignement distinct des marques et des services publics non-rattachés à ces derniers

Orvis est sur Facebook

@orvisflyfishing

Magasin d’équipements de plein air Magasin de pêche Magasin de pêche

Adresse de la page Facebook : 263815
https://fr-fr.facebook.com/orvisflyfishing/

Contacter Orvis SAV par internet

Voici l’url de la page correspondant aux services après vente pour Orvis :

Orvis: Quality Clothing, Fly-Fishing Gear, More Since 1856.

https://www.orvis.com/

Vous pouvez trouver plus d’informations si besoin sur le site internet www.orvis.com

Horaires d’ouverture du service SAV Orvis

Aucune donnée

Liste des magasins en France Orvis

Aucune donnée

Questions courantes sur Orvis

Aucune donnée

Description de l’entreprise Orvis et de son SAV

Histoire d’Orvis

Pour de nombreux pêcheurs, Orvis est un nom qui évoque la pêche à la mouche dans un ruisseau boisé de la Nouvelle-Angleterre ou même des Highlands écossais. C’est un nom qui inspire des images de retraite au bord d’une rivière, où l’on fait une prise spéciale, loin de la civilisation et du stress de la société moderne.

En tant que précurseur des entreprises actuelles de vente directe par correspondance qui définissent des sociétés telles que Eddie Bauer ou L.L. Bean, Orvis a conservé le « business » de la raison pour laquelle les sportifs déterminent les produits à acheter. Il ne s’agit pas simplement de la reconnaissance de la marque, mais de la raison pour laquelle ils sortent en premier lieu : pour gagner contre les éléments. Pourtant, Orvis n’a jamais été commercialisé auprès des pionniers dont la survie même dépendait de leur retour au pays. Orvis est un nom initialement associé à l’aristocrate anglais prospère ou au magnat américain, désireux non seulement de vaincre la nature selon les conditions de la nature, mais aussi de faire partie de la nature. Aujourd’hui, cette évasion est accessible à un plus grand nombre de personnes que jamais.

La pêche à la mouche artificielle, par opposition à la pêche à l’appât, a longtemps été un sport discret du gentilhomme de la campagne anglaise. Elle a commencé à s’imposer au milieu du XVIIe siècle avec des gens comme Izaak Walton et Charles Cotton : des gentlemen érudits de l’État définissant un sport avec sa propre éthique. En Grande-Bretagne, les leurres et les techniques de lancer personnalisés sont devenus une sorte de compétition amicale, voire une activité courtoise ou chevaleresque qui a pris de l’importance avec le boom économique de la révolution industrielle et l’intérêt croissant pour les Highlands, illustré par la fondation du domaine royal de Balmoral. L’Écosse est devenue l’escapade aristocratique des gentlemen britanniques et des entrepreneurs prospères pour un retour à la nature. Bien entendu, la pêche – et la chasse – était la méthode préférée pour y parvenir. Dans le sud de l’Angleterre, l’intérêt pour la pêche à la mouche s’est développé dans le Hampshire, le Dorset et le Surrey.

De même, aux États-Unis, au milieu du XIXe siècle, des régions telles que Manchester, dans le Vermont, ont été reliées au reste du monde par le chemin de fer. Rapidement, la région est devenue une destination touristique populaire pour l’élite industrielle de New York et la classe moyenne supérieure en pleine expansion qui, à l’époque comme aujourd’hui, étaient attirées par la beauté naturelle préservée de la région, non touchée par l’industrie moderne. C’est là qu’en 1856, Charles F. Orvis a ouvert son magasin consacré au matériel et aux accessoires de pêche pour faciliter le passe-temps tranquille de la pêche à la mouche dans les ruisseaux et rivières environnants. Un début banal si ce n’est une particularité : pour être sûr de ne pas perdre ses clients à cause de la distance lorsqu’ils retournent chez eux ou dans leur entreprise, Orvis a fourni un catalogue, presque 30 ans avant Sears & Roebuck, qui proposait un service de vente par correspondance de ses produits fabriqués sur mesure.

Cela a fonctionné. Des années 1870 aux années 1890, les modèles de moulinets et de mouches Orvis ont été le point de référence pour les pêcheurs américains qui s’enorgueillissaient de trouver l’équipement et la méthodologie personnalisés de leur métier. C’était l’époque de Theodore Gordon et de Thaddeus Norris. Orvis a réussi à associer ses produits à ces pères fondateurs et au sport de la pêche à la ligne : un sport, déclaraient-ils, pour le gentleman contemplatif qui pataugeait littéralement dans le monde de sa carrière.

L’entreprise s’est développée sous la direction et le contrôle de la famille Orvis – après la mort de Charles en 1915, ses fils, Albert et Robert, ont dirigé l’entreprise jusque dans les années 1930. C’est alors que l’entreprise a subi le sort d’innombrables autres entreprises : l’effondrement sous l’effet de la Grande Dépression. En 1939, cependant, un groupe d’hommes d’affaires de Philadelphie a racheté le nom et, dans les années 40, Orvis a été le premier à proposer une nouvelle canne en bakélite, imperméable aux éléments naturels et à la pourriture. Néanmoins, la pêche à la mouche est fondée sur un esprit de tradition : Orvis a continué à maintenir une ligne de cannes en bambou fendu pour les puristes endurcis.

En 1965, la société est à nouveau vendue à Leigh Perkins. Sous la direction de Perkins, le nom d’Orvis est devenu synonyme non seulement de pêche à la mouche, mais aussi d’un mode de vie en plein air haut de gamme. Perkins a également développé la vente par correspondance de l’entreprise et a été le premier à échanger des listes de clients par correspondance avec ses propres concurrents. L’année suivante, à Manchester, dans le Vermont, Perkins fonde la première de sept écoles de pêche à la mouche. Cette école a été conçue, avec des programmes supplémentaires qui ont été ajoutés par la suite et qui comprenaient la chasse aux oiseaux des hautes terres, sur le modèle britannique bien établi afin d’instaurer une culture de la vie en plein air vécue par ceux qui souhaitaient être l’exemple d’une élite raffinée.

Entre 1982 et 2000, Perkins, et ses fils et successeurs après sa retraite en 1992, ont acquis six autres sociétés sous la bannière Orvis. Toutefois, cela ne s’est pas avéré être une recette du succès, car le nom de la marque s’est estompé dans une expansion apparemment aléatoire. Orvis courait le risque de perdre son identité sans un sérieux remaniement. Cet effort agressif de rebranding a commencé en 2000 et Orvis est redevenu un nom synonyme d’un style de vie distinctif, en plein air.

L’une des meilleures façons d’évaluer l’entreprise est d’examiner ce qui est considéré comme son principal concurrent. Dès le début, Orvis a été considéré comme un concurrent direct non seulement de Conroy de New York et de Welch de Boston, mais aussi de sociétés britanniques bien établies. Alors que les cannes en bambou fendu étaient la norme, elles étaient proposées par tous, de Sears aux producteurs exclusifs haut de gamme. Après la seconde guerre mondiale, les cannes en fibre de verre et en bakélite sont devenues plus courantes et Orvis est resté compétitif avec les meilleurs de ces producteurs. Tout en maintenant une ligne complète de cannes toujours plus modernes en graphite et en fibre composite, Orvis continue avec une ligne classique de cannes à mouche en bambou fendu qui ne sont pas seulement des outils de pêche exquis, mais pour beaucoup de pêcheurs, un objet de collection instantané et une source de fierté.

Comme de nombreuses entreprises de plein air, Orvis est fière de participer à des programmes de conservation de la nature et, en fait, elle a peut-être été parmi les premières à le faire puisque Charles Orvis a personnellement participé à la conservation de la pêche. Depuis 1994, Orvis fait don chaque année de cinq pour cent de ses bénéfices avant impôts à des projets de conservation en coopération avec la National Fish and Wildlife Foundation, la Nature Conservancy, Trout Unlimited, entre autres. Les nouvelles d’Orvis font également état de programmes récents, notamment la construction d’un accès public à la pêcherie de truites de Henry’s Fork, le rétablissement des troupeaux de grues blanches et de la population de truites dorées dans les montagnes de la Sierra Nevada, la protection de l’habitat du courlis à long bec dans le Montana, le couloir migratoire des oiseaux chanteurs en Jamaïque, la préservation des tortues de mer, la restauration de l’habitat des truites dans la Battenkill, la rivière d’origine d’Orvis dans le Vermont. En outre, Orvis a contribué à la création de Casting for Recovery, un programme national de soutien et d’éducation sur le cancer du sein : un programme de subventions de contrepartie qui a permis de récolter 300 000 dollars à ce jour.

À ce jour, Orvis exploite soixante-dix magasins de détail et dix centres de vente au détail aux États-Unis, ainsi que dix-huit autres magasins et un centre de vente au détail au Royaume-Uni, qui emploient entre 1 500 et 2 000 personnes selon la saison.

Ce n’est pas le plus grand distributeur d’équipements de sports de plein air, mais il est difficile d’imaginer le sport sans Orvis : à une époque où tout est fabriqué moins cher, plus fort et plus vite, Orvis est une pierre de touche de l’idyllique. Là où le sportif ne se contente pas de conquérir la nature sauvage, mais en fait partie intégrante.

PS : Le service de mise en relation avec les SAV proposé par le site contacter-sav.org est un service indépendant et non affilié à la société Orvis. Les coordonnées gratuites ou de mise en relation sont indiquées dans les textes ci-dessus.

Page de renseignement SAV pour Orvis crée le 17 mars 2021 – Indice  

Dernière modification : 03/05/21

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.