Popularité de la marque Leclerc Bayeux

4000

Contacter le SAV Leclerc Bayeux

Pour contacter le service Leclerc Bayeux sur son service après-vente (S.A.V), vous pouvez consultez les informations sur cette page.

Le nom de l’entreprise concerné par le service après vente possède plusieurs dénominations ou marques comme : Leclerc Bayeux, @E.Leclerc.Bayeux ou e-leclerc.com et elle travaille généralement dans le secteur Shopping et plus précisément dans la catégorie Commerce de détail .

Vous pouvez contacter le SAV ou service après vente leclerc bayeux par exemple pour les motifs suivant :

  • Réparation, Bug, cassé ou autre anomalie avec Leclerc Bayeux France
  • Colis endommagé ou abîmé en provenance de Leclerc Bayeux 
  • Demande de facture, remboursement ou un avoir chez Leclerc Bayeux 
  • Demande de garantie ou prise en charge assurance avec Leclerc Bayeux en France
  • Faire une réclamation à leclerc bayeux

SAV Leclerc Bayeux par téléphone

Mise en relation avec le Service après vente Leclerc Bayeux ci-dessous :

Disponibilité : 7j/7 et 24h/24

APPELER au 0890248809 * 0890248809 0,80 € / min
 

Service de renseignement et de mise en relation : Ce site est un service privé payant d’information et de renseignement distinct des marques et des services publics non-rattachés à ces derniers

Leclerc Bayeux est sur Facebook

@E.Leclerc.Bayeux

Commerce de détail

Adresse de la page Facebook : 7532
https://fr-fr.facebook.com/E.Leclerc.Bayeux

Contacter Leclerc Bayeux SAV par internet

Voici l’url de la page correspondant aux services après vente pour Leclerc Bayeux :

https://www.e-leclerc.com/catalogue/services/service-apres-vente

Vous pouvez trouver plus d’informations si besoin sur le site internet e-leclerc.com

Horaires d’ouverture du service SAV Leclerc Bayeux

Aucune donnée

Liste des magasins en France Leclerc Bayeux

Aucune donnée

Questions courantes sur Leclerc Bayeux

Aucune donnée

Description de l’entreprise Leclerc Bayeux et de son SAV

Histoire de Leclerc

L’Association des Centres Distributeurs E. Leclerc, deuxième groupe français de distribution (après la fusion Carrefour-Promodes d’août 2000), est une coopérative privée qui regroupe près de 500 membres et leurs 358 « hypermarchés » (vastes entrepôts qui vendent tout, des produits d’épicerie traditionnels aux pièces détachées pour voitures, appareils électroménagers et autres articles de type grand magasin) et 143 supermarchés. Le groupe Leclerc gère également un réseau de 472 stations-service, 200 bijouteries (le Manège à Bijoux, le plus grand vendeur de bijoux en or en France), près de 140 cafétérias, près de 100 agences de voyage, quelque 70 centres de service automobile, plus de 60 magasins spécialisés dans la quincaillerie et/ou le jardinage et une cinquantaine de « Centres culturels » proposant des livres, des vidéos et des DVD, des disques compacts, des ordinateurs et des fournitures et équipements informatiques. Nombre de ces magasins spécialisés sont situés sous le même toit ou dans le même complexe de parcs que les hypermarchés du groupe. Toutefois, la bannière Leclerc est également présente dans un certain nombre de magasins spécialisés indépendants plus petits, principalement des magasins de vêtements, mais aussi des magasins de meubles et de parfums. Malgré sa domination sur le marché français, Leclerc est à peine présent à l’international, avec moins de 15 magasins en Espagne, au Portugal et en Pologne, et prévoit d’ouvrir des magasins en Italie. Afin de contrer la consolidation croissante du marché français de la vente au détail, Leclerc a conclu un accord de coopération avec le groupe de distribution coopératif Système U, qui exploite principalement des supermarchés. L’entreprise est dirigée par le fils du fondateur, Edouard-Michel Leclerc, tandis que le fondateur lui-même, Edouard Leclerc, reste actif dans la planification de la stratégie du groupe.

La religion de la vente au détail dans les années 1950

Edouard Leclerc abandonne ses études pour le sacerdoce catholique en 1949 et ouvre une petite épicerie à Landerneau, dans le nord de la France. Dès le début, la vision de Leclerc de la vente au détail comporte une composante sociale, en offrant aux consommateurs des prix de gros à une époque où le mot « discount » n’est pas encore entré dans le vocabulaire du shopping français. Les politiques de prix de Leclerc l’ont rapidement mis en conflit avec d’autres commerçants locaux, aussi bien des épiceries et des grands magasins que leurs fournisseurs industriels. Lorsque les concurrents de Leclerc dans le commerce de détail ont lancé une campagne de « dumping », en vendant des produits en dessous des coûts, tout en fixant des prix plus élevés pour Leclerc lui-même, ils ont encouragé leurs fournisseurs soit à refuser de livrer des marchandises au magasin de Leclerc, soit à le forcer à pratiquer des prix fixes pour leurs marchandises.

Leclerc a cependant riposté, faisant preuve d’un esprit de combat qui allait caractériser l’entreprise, notamment dans les années 1980 ; en 1953, il a réussi à faire adopter une nouvelle législation, la loi dite « Pinay », qui interdisait de distinguer les détaillants individuels et de fixer des prix fixes. Une fois le champ de bataille commercial aplani, Leclerc entreprend de construire son empire de la vente au détail.

Parmi les caractéristiques de la première organisation de Leclerc, il y avait son engagement à l’égard de l’avancement de ses employés. Les employés de Leclerc ont été encouragés à gravir les échelons, puis ont reçu de l’aide pour obtenir le financement nécessaire à leur départ et à la création de leurs propres magasins sous la marque Leclerc. Leclerc lui-même, et plus tard d’autres propriétaires de magasins Leclerc, ont été les parrains du nouveau magasin, fournissant des garanties financières pour le nouveau propriétaire. La volonté de financer la croissance des nouvelles entreprises, plutôt que de se contenter d’accroître ses propres avoirs, allait devenir une caractéristique importante du groupe Leclerc, où aucun propriétaire de magasin – y compris Edouard Leclerc lui-même – n’était autorisé à posséder plus de deux magasins.

En 1958, le nom Leclerc figurait sur plus de 50 magasins. Cette année-là, un groupe de dirigeants d’une entreprise locale s’est réuni pour ouvrir un magasin Leclerc à Grenoble. L’année suivante, Leclerc ouvre son premier magasin en région parisienne, à Issy-les-Moulineaux, qui deviendra plus tard le siège de la société Leclerc. Pendant ce temps, Leclerc continue à faire évoluer le marché français de la vente au détail et de la distribution. En 1960, le groupe lance une campagne pour contourner les monopoles de distribution alors en place, en organisant des manifestations d’agriculteurs à Paris pour réclamer le droit de vendre directement à Leclerc, sans passer par un tiers. L’initiative Leclerc a une nouvelle fois donné lieu à une nouvelle législation. Celle-ci aboutit à la création, en 1962, d’une association d’achat groupé entre les propriétaires de magasins Leclerc, précurseur de la réorganisation du groupe en coopérative à la fin de la décennie.

L’essor du concept de supermarché au milieu des années 60 a conduit à une création typiquement française : l’hypermarché. Regroupant sous le même toit les produits traditionnels du supermarché et les articles que l’on trouve habituellement dans les grands magasins, l’hypermarché a rapidement conquis les consommateurs français. Edouard Leclerc a été le premier du groupe Leclerc à explorer ce nouveau territoire, en agrandissant son magasin de Landerneau pour en faire le premier hypermarché Leclerc. Il était tout à fait normal que Leclerc élargisse son assortiment de produits, car le groupe continuait à faire pression sur les différents monopoles de distribution pour obtenir le droit de pénétrer sur un territoire jusqu’alors restreint. La cible suivante du groupe était l’industrie laitière, longtemps contrôlée par un certain nombre de coopératives laitières. Au début des années 1960, l’association Leclerc s’est associée à plusieurs producteurs laitiers français pour mettre en place des organisations d’achat direct de lait et de produits laitiers fermiers.

Le nombre de magasins Leclerc a rapidement augmenté dans les années 1960. Cependant, les dissensions se multiplient dans les rangs des propriétaires de magasins. Les désaccords atteignent leur paroxysme en 1969, lorsqu’un groupe de 95 propriétaires-exploitants de magasins Leclerc, dirigé par Jean-Pierre Le Roch, quitte le groupe Leclerc et crée une nouvelle coopérative de supermarchés, ITM Entreprises, qui devient l’un des plus grands groupes de distribution français sous les enseignes Intermarché et Bricomarché.

Alors que le groupe Le Roch poursuivait un concept de supermarché et de magasin spécialisé distinct, le groupe Leclerc s’est plutôt concentré sur la construction de ses hypermarchés et supermarchés monomarques Leclerc. En 1970, les autres propriétaires de magasins Leclerc ont réorganisé leur association sous la forme de la coopérative Groupement d’Achat des Centres E. Leclerc, ou GALEC.

La lutte contre le monopole dans les années 1970 et 1980

En 1972, la première législation destinée à limiter la croissance de la tendance des hypermarchés en France – inspirée par une tentative de protection du petit commerçant, les grands groupes de distribution s’appropriant une part de plus en plus importante du marché de la vente au détail – a menacé la croissance de la coopérative Leclerc. La législation exigeait que toutes les nouvelles surfaces de vente au détail proposées reçoivent une autorisation et acceptent un certain nombre de conditions, telles que le financement de constructions d’infrastructures sans rapport (piscines municipales et autres) dans les communautés où elles cherchaient à s’implanter. Le groupe Leclerc a riposté en dénonçant la discrimination du nouveau système à l’encontre, ironiquement, du petit commerçant, qui devait assumer une charge financière encore plus importante pour construire un nouveau magasin. Les commerçants existants ont également pu utiliser la nouvelle législation pour protéger leur territoire de vente au détail. Pourtant, un certain nombre de membres de Leclerc ont fait fi de la nouvelle législation, construisant de nouveaux hypermarchés sans attendre l’autorisation requise, souvent avec le soutien de groupes locaux de consommateurs et de syndicats.

L’esprit de lutte de Leclerc s’est poursuivi tout au long des années 1970. Au milieu des années 1970, Leclerc s’est tourné vers de nouveaux fronts. Le premier, le monopole de la distribution du poisson, qui a vu la totalité du poisson du pays transformé dans une installation centrale à Rungis, à Paris, et a pris une marge élevée sur les ventes aux distributeurs. En 1975, Leclerc a commencé à organiser ses propres installations d’achat direct en coopération avec un certain nombre de groupes de pêche indépendants.

Pendant ce temps, avec la flambée des prix du gaz et du pétrole dans le sillage de l’embargo pétrolier arabe, Leclerc s’attaque à un nouveau monopole, celui du marché de l’essence contrôlé par Total et Elf en France. En 1976, Leclerc a commencé à ouvrir ses propres stations d’essence, à effectuer des achats auprès de compagnies pétrolières indépendantes hors de France et à réduire le prix du litre d’essence. L’imposition de la compagnie sur ce marché a contribué à faire baisser le prix exorbitant de l’essence en France.

À la fin des années 1970, Leclerc a continué à chercher des moyens de gagner son indépendance par rapport aux monopoles de distribution du pays. En 1978, le groupe achète un abattoir en Bretagne, puis construit une usine de transformation du porc, la plus importante de France, tout en ouvrant une salaisonnerie pour couvrir jusqu’à un tiers des besoins des coopératives. Pendant cette période, un nombre croissant de membres des coopératives Leclerc convertissent leurs magasins au concept d’hypermarché ; au début des années 1980, le nom Leclerc englobe plus de 100 hypermarchés dans toute la France.

Le fils de Leclerc, Edouard-Michel, rejoint la société en 1979 et en devient le coprésident en 1982. Le jeune Leclerc a contribué à dynamiser l’esprit de lutte de Leclerc, en confrontant la coopérative à d’autres monopoles de distribution dans les années 1980. Parmi les segments protégés de la distribution attaqués par Leclerc au cours de la décennie, on trouve les vêtements, les articles de sport, les parfums, les cosmétiques et d’autres produits « parapharmaceutiques », comme les vitamines. La coopérative a également fait son entrée sur le marché des bijoux en or en créant la société de fabrication de bijoux en or DEVINLEC, proposant les propres créations du groupe dans ses boutiques Manèges à Bijoux (généralement situées dans le centre commercial de l’hypermarché) à des prix jusqu’à 60 % inférieurs à ceux de ses concurrents.

De même, le groupe a pu entrer sur le marché jusqu’alors protégé des agences de voyage en créant une joint-venture avec le Groupe Bolloré, connue sous le nom de Leclerc Voyages. Les batailles juridiques de Leclerc – et ses succès – ont permis de briser un certain nombre de monopoles de vente au détail, en faisant baisser les prix d’une grande variété de produits. L’entreprise a également contourné le monopole régissant le système de cartes de crédit du pays en installant son propre réseau de serveurs pour traiter les transactions par carte de crédit. La société a également ajouté son propre réseau de centres de service automobile à ses complexes d’hypermarchés, qui sont passés à 150 centres au début des années 1990.

Reprendre l’élan pour le 21e siècle

La récession du début des années 1990 a amené un nouveau concurrent sur la scène de la distribution française ; les discounters, tels que les Allemands Lidl et Aldi, ont commencé à envahir le marché français, réduisant les prix de toute une gamme de produits génériques. Leclerc a dû réagir en introduisant sa propre gamme de produits à prix réduits. L’entreprise a également créé sa propre marque de vêtements, Tissaia, en 1991. À cette époque, la société s’est tournée vers un nouveau secteur, en ouvrant son premier centre de service automobile le long du réseau autoroutier français, auparavant entièrement contrôlé par les grandes multinationales pétrolières.

Si le réseau français de l’entreprise a continué à se développer, son implantation sur le plan international a été moins réussie. La formule coopérative qui a fait le succès de l’entreprise en France est un frein à sa croissance internationale. L’ouverture d’un nouveau magasin dans un autre pays exige qu’un membre actuel de la coopérative s’installe dans ce pays et forme le personnel de direction capable d’étendre le nom Leclerc dans le reste du pays. Néanmoins, le groupe a ouvert ses premiers magasins en Pologne et au Portugal en 1995. Entre-temps, la tentative d’un membre d’introduire le format Leclerc aux États-Unis, en ouvrant un hypermarché à Baltimore, a échoué, faisant faillite au bout de trois ans seulement.

Plus alarmant pour l’entreprise est le durcissement de la réglementation « anti-hypermarché », qui a abouti à une quasi-interdiction de toute nouvelle construction d’hypermarché dans le pays au milieu des années 1990. Les nouvelles lois, qui ont réduit l’obligation d’autorisation pour tous les magasins de 300 mètres carrés ou plus, ont effectivement mis fin à la possibilité pour Leclerc de poursuivre sa croissance interne en France. Pourtant, sa faiblesse sur le plan international l’a laissé dans une position délicate, notamment par rapport à ses concurrents intégrés, tels que Carrefour, Promodes, Casino, et d’autres.

Leclerc a continué à maintenir sa position de leader sur le marché français pendant la majeure partie de la décennie, en partie grâce au lancement réussi de ses Centres culturels, qui vendaient des livres, des vidéos et des disques compacts, ainsi que des ordinateurs et du matériel et des fournitures informatiques. Sa position a également été assurée, en outre, par le succès continu de ses ventes de bijoux, qui lui ont permis de prendre la tête des ventes d’or en France au milieu de la décennie.

Cependant, à la fin des années 1990, Leclerc a dû se battre pour reprendre la tête de la distribution. En 1997, elle a lancé sa propre marque, la Marque Repere, pour contrer les marques de distributeurs introduites par ses concurrents. À la fin de la décennie, la gamme Marque Repere, qui compte quelque 800 articles, représente plus de 20 % des ventes en magasin. La société a également poursuivi sa lente croissance internationale, en ouvrant quatre autres magasins au Portugal, en Espagne et en Pologne.

Cependant, à l’aube du nouveau siècle, le groupe a dû faire face à de nouvelles difficultés. Le rachat de Carrefour par le détaillant concurrent Promodes a fait plonger Leclerc en deuxième position dans le pays et l’a nettement désavantagé, tant en termes de pouvoir d’achat que de marketing et de publicité, alors qu’il s’installait dans l’ombre du nouveau géant mondial de la distribution. Incapable d’augmenter le nombre de ses hypermarchés français, la coopérative a dû faire face à un nombre croissant d’adhérents qui, dans l’attente de leur retraite, ont été tentés de vendre leurs emplacements aux concurrents de Leclerc, prêts pour le capital. Le groupe a pu contourner – au moins temporairement – ce danger en insistant pour que tous les membres signent un pacte donnant à la société Leclerc le premier droit d’achat.

Entre-temps, une nouvelle loi introduite sur la scène française du commerce de détail a effectivement mis fin à l’une des pratiques favorites de Leclerc en interdisant aux magasins de prendre des pertes sur certains de leurs articles. Pourtant, à l’approche de son 50e anniversaire, la société a pu contourner cette nouvelle restriction en offrant des rabais sur l’achat de certains articles. Cette promotion a permis à l’entreprise d’augmenter sa part de marché pour la première fois depuis plusieurs années. Dans le même temps, l’entreprise a renforcé sa position de négociation en concluant un accord de coopération avec un autre groupe coopératif indépendant du nord de la France, Système U. Les deux coopératives ont convenu de créer conjointement une centrale d’achat, Lucie, en 1999.

À l’aube du XXIe siècle, Leclerc est resté une force principale sur la scène française du commerce de détail. Pourtant, sa position de numéro 22 parmi les meilleurs détaillants au monde le rend vulnérable dans une économie de plus en plus mondialisée.

PS : Le service de mise en relation avec les SAV proposé par le site contacter-sav.org est un service indépendant et non affilié à la société Leclerc Bayeux. Les coordonnées gratuites ou de mise en relation sont indiquées dans les textes ci-dessus.

Page de renseignement SAV pour Leclerc Bayeux crée le 21 juin 2020 – Indice 0 

Dernière modification : 12/10/20

1 réflexion sur “Leclerc Bayeux”

  1. jean claude FISCHER

    Bonjour je suis passé dans votre service lundi de la semaine dernière concernant une batterie YT 8006 qui equipe une tondeuse a gazon Beaux Jours SIPLEC YT 5109 achetée au magasin de Bayeux vous deviez me tenir informé mais a ce jour (8 jours plus tard) je n’ai rien reçu est ce normal ?
    Merci de votre réponse
    Cordialement
    Jean Claude Fischer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.