Popularité de la marque Leclerc Atlantis

9500

Contacter le SAV Leclerc Atlantis

Pour contacter le service Leclerc Atlantis sur son service après-vente (S.A.V), vous pouvez consultez les informations sur cette page.

Le nom de l’entreprise concerné par le service après vente possède plusieurs dénominations ou marques comme : Leclerc Atlantis, @ELeclercSaintHerblainAtlantis ou e-leclerc.com et elle travaille généralement dans le secteur Shopping et plus précisément dans la catégorie Shopping et vente au détail .

Vous pouvez contacter le SAV ou service après vente leclerc atlantis par exemple pour les motifs suivant :

  • Réparation, Bug, cassé ou autre anomalie avec Leclerc Atlantis France
  • Colis endommagé ou abîmé en provenance de Leclerc Atlantis 
  • Demande de facture, remboursement ou un avoir chez Leclerc Atlantis 
  • Demande de garantie ou prise en charge assurance avec Leclerc Atlantis en France
  • Faire une réclamation à leclerc atlantis

SAV Leclerc Atlantis par téléphone

Mise en relation avec le Service après vente Leclerc Atlantis ci-dessous :

Disponibilité : 7j/7 et 24h/24

*Mise en relation au 0890598054 (0,80€/min + prix d’un appel local)

Leclerc Atlantis est sur Facebook

@ELeclercSaintHerblainAtlantis

Shopping et vente au détail

Adresse de la page Facebook : 21914
https://fr-fr.facebook.com/ELeclercSaintHerblainAtlantis/

Contacter Leclerc Atlantis SAV par internet

Voici l’url de la page correspondant aux services après vente pour Leclerc Atlantis :

https://www.e-leclerc.com/catalogue/services/service-apres-vente

Vous pouvez trouver plus d’informations si besoin sur le site internet e-leclerc.com

Horaires d’ouverture du service SAV Leclerc Atlantis

Aucune donnée

Liste des magasins en France Leclerc Atlantis

Aucune donnée

Questions courantes sur Leclerc Atlantis

Aucune donnée

Description de l’entreprise Leclerc Atlantis et de son SAV

il confronte les parfumeurs, ce qui lui fait encourir les prononcés de la Commission de la concurrence. Histoire de Leclerc

Une histoire qui commence en 1949, lorsque le Breton Édouard Leclerc, gérant d’une épicerie de 20 m² à Landerneau, décide à 23 ans d’acheter des marchandises directement aux producteurs. Et donc de vendre les produits au prix de gros. Il a commencé par les biscuits et a continué avec les bonbons, le savon, l’huile, le chocolat, le café, etc., à la grande satisfaction de ses clients, bien sûr. Une politique qui sera étendue en 1956 aux produits non alimentaires, plus précisément aux textiles.

Les batailles. Le premier magasin indépendant en France est né, mais aussi l’un des pères (avec Halley, Mulliez et Defforey) de la distribution française, en fait le plus combattif. En effet, les fournisseurs, inquiets des réactions des autres détaillants traditionnels, lui ont imposé en 1953 le prix de vente. Alors, qu’a fait Édouard ? Il a fait appel au gouvernement et a obtenu un décret sanctionnant ceux qui ne respectaient pas la liberté commerciale. Le décret a été suivi en 1960 par une circulaire ministérielle interdisant le refus de vente.

Plus. En 1964, les producteurs de lait font un blocus ? Il va à la campagne pour récupérer les bidons de lait. Existe-t-il un décret ministériel interdisant de dépasser le rabais de 6 cents par litre de super ? Leclerc a fait appel devant la Cour européenne contre les compagnies pétrolières et l’État et a obtenu la libéralisation du prix. En 1979, il a créé Siplec, une société qui importait directement du carburant.

Parapharmacie et or. Il découvre en 1966 que le médicament qu’il administre à son chien coûte 4 fois plus cher lorsqu’il est vendu aux chrétiens dans les pharmacies ? Il fait exploser le nombre de pharmacies fermées, propose aux jeunes diplômés d’ouvrir des stands dans ses centres commerciaux, à condition qu’ils versent sur les prix les économies obtenues, et commence à vendre des produits parapharmaceutiques dans ses points de vente. L’opposition habituelle, mais en 1988, la Cour d’appel de Paris lui donne raison. Une loi de 1981 a imposé un prix unique pour les livres ? Édouard continue de les vendre à

Édouard continue de les vendre à -20 % et, lorsque les grands éditeurs ne livrent pas la marchandise, il recourt à l’importation parallèle et vous les vend à -28 %. Jusqu’à ce que la loi française soit contestée par la Cour européenne. En 1983,

Mêmes batailles pour l’or : acheter sans intermédiaire et vendre à -40 % de la concurrence. En 1986, il remporte également cette bataille qui le convainc de créer l’espace « Le Manège à bijoux » à l’intérieur de l’hypermarché, ce qui fait de lui le plus important joailler français aujourd’hui (202 points de vente). Depuis 1993, l’entreprise est gérée par Devinlec, une société spécialement créée en 1993.

Le parti prix. Laissons les batailles pour le moment et revenons à l’histoire. En raison du développement rapide du mouvement, les centres Leclerc sont organisés en groupements d’achat en 1964. En 1970, le Galec (Groupement d’achats des centres E. Leclerc), la centrale d’achat, est né. Mais en 1969, une rupture traumatisante se produit : Jean-Pierre Le Roch, associé des premières années, part avec 95 collaborateurs, créant Ex, le futur Intermarché. La motivation de Le Roch ? Le siège social doit être fort, décisif. Edouard Leclerc n’est pas de cet avis. En 1978, il a été rejoint par son fils Michel-Edouard, qui a créé Siplec, une société d’importation de carburant. Ensemble, trois ans plus tard, ils ont entamé une lutte de consommateurs avec le slogan « parti prix », intraduisible en italien : la prononciation « pri » signifie à la fois prix (price) et pris (taken) (c’est-à-dire « parti prix-parti pris »).

En 1987, Leclerc a « démocratisé » le secteur du voyage en créant « E. Leclerc voyage » (106 agences cette année). En 1990, à l’occasion de son 40e anniversaire, elle a proposé une promotion offrant jusqu’à 40 % de produits gratuits. L’année suivante, il tente son aventure américaine à Philadelphie, qu’il doit abandonner en 1993 : l’hypermarché ne correspond pas à la culture américaine. En 1992, il a cependant tenté d’exporter l’expérience en Espagne, à Pampelune, ce qui s’est avéré plus « praticable ». L’expérience étrangère s’est poursuivie en Pologne, où il a ouvert le premier hypermarché en 1995. La même année, Leclerc a créé le siège européen d’Eurolec à Zurich.

Galland. D’autres initiatives sont nées. Il suffit de penser aux initiatives écologiques de sensibilisation à la pollution de l’eau et au niveau de nitrates (1989) et aux « sacs Leclerc », des sacs que l’on peut acheter et réutiliser (1996) et à celle en faveur des produits sans OGM.

Mais en 1997, la loi Galland sur la vente à perte a frappé Leclerc au cœur, car les prix constituaient un avantage concurrentiel. Sa réponse a été le « Ticket E. Leclerc », un bon d’achat qui permet aux clients de réduire certains produits lors de leur prochain achat, redistribuant ainsi au consommateur les remises et les remboursements obtenus auprès des fournisseurs. C’est le stratagème qui permet à la marque de conquérir de nouveaux marchés, atteignant en 2001 le leadership dans le pays (16,9 %).

La coopération. En 1996, les relations ont commencé avec le Système U, un consortium de coopération entre détaillants. Cela a donné lieu à une alliance qui, en 1998, a créé le groupe d’achat Lucie. En réalité, c’est le début d’un parcours (des tentatives avaient également été faites avec l’espagnol Euroski et l’italien Sisa) qui ne devient clair qu’en 2001, lorsqu’en avril, un accord est signé avec Conad : agréger des marques nationales d’indépendantes pour contrer en Europe les groupes intégrés par des achats communs, des échanges de savoir-faire et la mise en place d’initiatives entre groupes, etc.

C’est le nouveau chapitre de l’aventure de Leclerc, dicté par la nécessité de contrer une forte concurrence. En fait, pendant plusieurs années, le mouvement coopératif entre détaillants semblait décliner face à la grande distribution. Et même Leclerc progressait trop lentement dans son développement en dehors de ses frontières. C’est pourquoi Leclerc a révisé ses statuts, en créant une sorte de Galec international. De l’indépendance pure et dure à l’indépendance dans l’interdépendance. C’est la nouvelle caractéristique de Leclerc. Même si cela implique une certaine diminution de l’indépendance des membres. Pour Leclerc, la société « indépendante » a une logique différente de celle de la société intégrée, où des rendements à court terme et toujours croissants sont exigés pour rémunérer périodiquement les actionnaires.

PS : Le service de mise en relation avec les SAV proposé par le site contacter-sav.org est un service indépendant et non affilié à la société Leclerc Atlantis. Les coordonnées gratuites ou de mise en relation sont indiquées dans les textes ci-dessus.

Page de renseignement SAV pour Leclerc Atlantis crée le 21 juin 2020 – Indice 0 

Dernière modification : 25/02/21

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.