Popularité de la marque La Poste Box

3300

Contacter le SAV La Poste Box

Pour contacter le service La Poste Box sur son service après-vente (S.A.V), vous pouvez consultez les informations sur cette page.

Le nom de l’entreprise concerné par le service après vente possède plusieurs dénominations ou marques comme : La Poste Box, @laposte ou box.lapostemobile.fr et elle travaille généralement dans le secteur Affaires / Économie et plus précisément dans la catégorie Produit/service .

Vous pouvez contacter le SAV ou service après vente la poste box par exemple pour les motifs suivant :

  • Réparation, Bug, cassé ou autre anomalie avec La Poste Box France
  • Colis endommagé ou abîmé en provenance de La Poste Box 
  • Demande de facture, remboursement ou un avoir chez La Poste Box 
  • Demande de garantie ou prise en charge assurance avec La Poste Box en France
  • Faire une réclamation à box la poste

SAV La Poste Box par téléphone

Mise en relation avec le Service après vente La Poste Box ci-dessous :

Disponibilité : 7j/7 et 24h/24

APPELER au 0890248809 * 0890248809 0,80 € / min
 

Service de renseignement et de mise en relation : Ce site est un service privé payant d’information et de renseignement distinct des marques et des services publics non-rattachés à ces derniers

La Poste Box est sur Facebook

@laposte

Produit/service Société industrielle Société industrielle

Adresse de la page Facebook : 243981
https://fr-fr.facebook.com/laposte/

Contacter La Poste Box SAV par internet

Voici l’url de la page correspondant aux services après vente pour La Poste Box :

Offre Box Internet SFR - La Poste Mobile

https://box.lapostemobile.fr/

Vous pouvez trouver plus d’informations si besoin sur le site internet box.lapostemobile.fr

Horaires d’ouverture du service SAV La Poste Box

Aucune donnée

Liste des magasins en France La Poste Box

Aucune donnée

Questions courantes sur La Poste Box

Aucune donnée

Description de l’entreprise La Poste Box et de son SAV

À propos de La Poste

La Poste française a dépassé sa position de service postal du pays pour devenir l’un des trois premiers fournisseurs de logistique, de services aux entreprises et de services financiers en Europe, derrière la Deutsche Post allemande et devant la Concordia britannique. L’entreprise publique, mais indépendante, occupe la troisième place pour les services de courrier électronique en Europe, la troisième place dans le secteur européen des colis et de la logistique, et l’une des premières places sur le marché français des services financiers. Ces activités ont produit ensemble plus de 17 milliards d’euros en 2001. Parmi les actifs de l’entreprise figure son réseau de plus de 17 000 bureaux de poste, qui offrent des services de courrier, des services financiers et des services d’accès à Internet et de courrier électronique dans toute la France. La filiale Geopost, créée en 2000 et située au Royaume-Uni, s’occupe de l’aile colis et logistique de l’entreprise, tandis que les services de courrier express sont assurés par Chronopost International et Tat Express. Depuis 2001, La Poste a pris le contrôle de Deutsche Paket Dienst, ce qui lui a permis de s’implanter en Allemagne et de compléter ses activités en France et en Angleterre. L’acquisition de DPD a permis à La Poste de devenir le numéro deux sur le marché européen de la livraison de colis d’entreprise à entreprise. Parmi les autres filiales et participations, citons Brokers Worldwide, qui offre des services de collecte, de préparation et autres aux expéditeurs de courrier international basés aux États-Unis ; Dynapost, qui est le leader du marché français du traitement du courrier d’entreprise ; Europe Airpost, anciennement le partenariat de l’Aéropostale avec Air France ; INSA, qui est spécialisée dans la distribution de produits imprimés ; et Mediapost, le premier service français de publicité directe par courrier.

Les racines postales de l’époque romaine

L’histoire du service postal en France remonte à l’époque de Jules César, qui mentionne dans son De Bello Gallico un service postal longeant la vallée du Rhône en Gaule. La province bénéficie ensuite de la création par l’empereur Auguste du cursus publicus, d’abord limité au transport du courrier administratif. Les messages privés sont portés par les tabellarii, esclaves personnels ou affranchis au service des familles patriciennes. Au cours du Moyen Âge, le service postal de l’État disparaît, laissant place à divers services postaux privés. Les messages sont transportés entre les abbayes par les moines ; les messagers de l’Université de Paris transportent les lettres entre les nombreux étudiants étrangers de l’Université et leurs familles en Europe, et les aristocrates et les riches marchands comme Jacques Coeur emploient des messagers pour leur correspondance privée. Les messagers étaient nommés par les municipalités, initialement pour transporter le courrier entre les fonctionnaires municipaux, mais aux 14e et 15e siècles, ils se voyaient également confier des lettres privées. Pendant longtemps, le service postal royal est resté un service postal parmi d’autres. Le roi Louis XI, qui régna de 1461 à 1483, réintroduisit le système romain des relais de poste, qui permettait de changer de cheval en cours de route. Le roi Louis XII, qui a régné de 1498 à 1515, a établi de tels relais tous les sept lieues le long des routes royales. En 1533, des routes postales permanentes sont créées entre la France, l’Angleterre et la Suisse.

Le 8 mai 1597, un édit royal crée les relais de louage, un service de diligence destiné à un usage privé. Ce système est fusionné avec la poste aux cheveux en 1602. Le contrôleur général des postes, Guillaume Fouquet de la Varane, nommé en 1595, joue un rôle majeur dans l’établissement d’un monopole royal sur la collecte, le transport et la distribution du courrier, avec des tarifs variables selon le poids et la destination. Cependant, Louis XIII, qui régna de 1610 à 1643, confia progressivement le service à des particuliers dans le but d’alimenter le trésor royal. Sous le règne de Louis XVI – de 1643 à 1715 – divers postes sont vendus comme offices spéciaux. Plus tard, cependant, sous l’influence du ministre Jean-Baptiste Colbert, le surintendant des postes, Jérome de Nouveau, cherche à supprimer les bureaux de poste. Cette suppression a lieu en 1662. En 1668, le secrétaire de la guerre, François-Michel Letellier, marquis de Louvois, reprend la fonction de surintendant des postes, laissée vacante après la mort de de Nouveau en 1665.

Louvois réorganise entièrement le service postal, le plaçant sous deux autorités. Le surintendant, ministre du gouvernement, fixe les tarifs postaux, tandis que le fermier général est chargé par le trésor royal d’administrer le service postal. Le premier contrat pour cette dernière fonction a été établi entre l’État et les familles Pajot et Rouillé, qui ont occupé ce poste pendant plus de 50 ans. Le fermier général comprend plus de 800 bureaux de poste en France ainsi que des bureaux à Rome, Gênes, Turin et Genève. Il y avait six routes postales, couvrant les six grandes routes françaises, le long desquelles le courrier était transporté par des voitures postales. En 1738, les familles Grimod et Thiroux assument le rôle de fermier général, qu’elles conservent jusqu’à la révolution de 1789. Pendant cette période, le courrier est distribué entre les villes, mais pas à l’intérieur de celles-ci. La poste aux chevaux est assurée par des maîtres de poste qui tiennent des relais de poste – souvent des auberges – et sont chargés de transporter le courrier, tandis qu’il existe en France un millier de bureaux de poste, dirigés par des directeurs salariés, qui sont chargés de recueillir et d’expédier la correspondance. En 1759, C.H. Piarron de Chamousset obtient du roi le droit d’entreprendre la distribution postale locale à Paris. Le service s’est avéré si rentable que la couronne a rapidement décidé de récupérer les droits et d’étendre la distribution locale à toute la France. La « Petite Poste » est étendue par décret royal en 1786 à l’ensemble de la France, pour finalement couvrir toutes les communes françaises. La révolution de 1789 n’a pas affecté le service postal avant 1793, date à laquelle il est devenu une agence d’État. Des difficultés financières ont incité le gouvernement à revenir au système des contrats quelques années plus tard. Le contrôle de l’État sur les postes est définitivement établi en 1804 avec la création d’une direction générale relevant du ministère des Finances. Antoine-Marie Chamans, comte de La Valette, reste à la tête des postes de cette date jusqu’à la chute du Premier Empire en 1815, date à laquelle il entre dans l’histoire en s’évadant de prison, déguisé avec les vêtements de sa femme, la veille de son exécution.

La création du service postal moderne au XIXe siècle

La période de la Restauration apporte plusieurs changements majeurs dans le service postal. Un décret royal du 24 février 1817 rend possible l’introduction du mandat-poste, qui permet de délivrer des fonds dans un bureau de poste à la réception d’un ordre transmis par un autre. À partir du 1er avril 1830, les collectes et les distributions postales sont effectuées tous les deux jours depuis et vers les domiciles de toutes les communes de France. C’est la première apparition en France du facteur moderne et la fin de l’isolement rural. Sous le règne de Louis-Philippe, le transport du courrier est accéléré par l’introduction du chemin de fer. En 1842, le courrier est transporté sur la ligne Strasbourg-Bâle. En 1845, le courrier commence à être trié dans des wagons désignés pendant le voyage en train de ville en ville. Ce mode de transport a rapidement remplacé la poste aux chevaux, qui a officiellement pris fin en 1873. Une amélioration majeure est due à Étienne Arago, célèbre scientifique et directeur des postes sous la Seconde République, qui est à l’origine de l’introduction du tarif postal fixe et du timbre-poste, sur la base de l’innovation anglaise du penny post. Le 24 août 1848, l’Assemblée nationale décrète qu’un taux d’affranchissement unique doit être appliqué quelle que soit la distance, tout en variant selon le poids de la lettre. En décembre 1848, un autre décret marque l’introduction des trois premiers timbres-poste français. Dès la première année de la réforme, le trafic postal passe de 122 à 158 millions de lettres par an. Sous le Second Empire, les services postaux à l’étranger sont rapidement améliorés, notamment par bateau, avec l’établissement de liaisons postales régulières avec l’Indochine en 1861, les Etats-Unis, le Mexique et les Antilles en 1864, l’Amérique du Sud et l’Afrique occidentale en 1866.

Après une courte période durant le siège de Paris par l’armée allemande en 1870 où une poste aux pigeons fonctionne, le service postal étend son rôle sous la Troisième République. Le service postal, contrôlé par le ministère des Finances, et le service télégraphique, contrôlé par le ministère de l’Intérieur, sont regroupés sous une seule administration, le ministère des Postes et Télégraphes, dirigé par Adolphe Cochery. Par la suite, cependant, les services postaux et télégraphiques ont été rattachés à plusieurs autres ministères jusqu’en 1906, datent à laquelle un sous-secrétariat des postes et télégraphes (P & T) a été rétabli en tant que ministère unique au sein du gouvernement. Le 9 avril 1881, une nouvelle institution d’État a été créée, la Caisse Nationale d’Épargne, avec un budget séparé, qui était supervisée par le sous-secrétariat des postes et télégraphes. Les épargnants peuvent utiliser n’importe quel bureau de poste du pays comme caisse d’épargne. En même temps, l’État disposait ainsi de vastes sommes d’argent pour financer de grands programmes sociaux et de logement. En 1900, les comptes de dépôt à la Caisse Nationale d’Épargne totalisaient 3,5 milliards de francs. À l’instar de l’Autriche (1883), de la Suisse (1906), de l’Allemagne (1909) et de la Belgique (1913), la loi du 7 janvier 1918 autorise le sous-secrétariat des postes et télégraphes français à exploiter un service de comptes courants. Face à l’opposition violente des banques françaises, le sous-secrétariat n’est pas autorisé à proposer des comptes rémunérés. Les fonds accumulés par les comptes courants postaux sont confiés à la garde du Trésor public.

Le développement au XXe siècle

Au XXe siècle, un service de courrier aérien est mis en place. La première tentative de transport de courrier par voie aérienne a lieu en juillet 1912, près de Nancy en Lorraine. L’avion, transportant 40 kilogrammes de courrier, a volé pendant 17 minutes. Le 15 octobre 1913, le même pilote, le lieutenant Ronin, a volé de Paris à Bordeaux en transportant une lettre urgente à destination du navire à vapeur Peru, en route pour les Antilles. Pendant la Première Guerre mondiale, le développement des services de courrier aérien est suspendu. En 1918, la ligne Paris-Le Mans-St. Nazaire a commencé à être exploitée pour l’usage de l’armée américaine. Plusieurs entreprises privées subventionnées par l’État et assurant le transport du courrier aérien, telles que la Compagnie Aéropostale et la Compagnie Farman, apparaissent en 1919. À la fin de l’année, le pilote et constructeur d’avions Pierre Latécoère effectue la première livraison internationale de courrier aérien, à Barcelone, en Espagne. Le service est bientôt étendu à Rabat, au Maroc, en passant par Alicante et Malaga. En 1922, le pilote Maurice Nogues établit la première liaison aérienne commerciale Paris-Bucarest-Constantinople-Ankara, et en février 1930, la première liaison aérienne postale entre la France et l’Indochine. Jean Mermoz effectue le premier vol postal direct entre la France et l’Amérique du Sud le 12 mai 1930. Le 2 septembre 1930, Dieudonné Costes et Maurice Bellonte volent de New York à Paris sans s’arrêter. En 1939, le service aéropostal se compose de quatre lignes couvrant 11 communes françaises avec des vols quotidiens.

Les P & T français ont été gravement touchés par la Seconde Guerre mondiale : à la fin de la guerre, 25 % des bureaux de poste, 50 % des wagons postaux et 75 % des fourgons postaux de Paris avaient été perdus, détruits ou volés. De vieux avions de guerre allemands ont été utilisés pour relancer les services de courrier aérien. Au cours des années 1950 et 1960, les P & T se concentrent sur l’amélioration des services existants, introduisant la distribution postale motorisée et le tri mécanique. Les codes postaux, inclus dans les adresses pour faciliter le tri, sont introduits en 1964. En 1973, le premier centre de tri automatique est ouvert à Orléans. En 1961, un service d’hélicoptères est mis en place pour distribuer le courrier dans les îles bretonnes. Parallèlement, la rationalisation des services postaux s’amorce, avec la suppression de la distribution le dimanche puis le samedi après-midi.

Ce n’est qu’à partir des années 1970 que les P & T nationaux commencent à subir la concurrence des nouvelles techniques de communication. Entre 1976 et 1985, le trafic postal international a diminué de 10 % en raison du recours croissant aux télécommunications. Entre-temps, des règlements de la Communauté économique européenne (CEE) ont été introduits pour contrôler la concurrence entre les services de transmission de données et de documents écrits. C’est ainsi que le gouvernement français a décidé de séparer les services de télécommunications et les services postaux. La loi de réforme de 1971 sépare la Direction Générale des Télécommunications (DGT) de la Direction Générale de la Poste (DGP). En 1990, les deux entités ont adopté de nouveaux noms, respectivement La Poste et France Télécom, en reconnaissance de leur nouveau statut juridique.

À cette époque, La Poste et France Télécom deviennent des exploitants autonomes de droit public, appartenant à l’État et largement autonomes. Les compétences du ministère qui en est chargé sont clairement définies : réglementation générale du secteur, planification des contrats entre La Poste et l’État, protection du statut de fonctionnaire des employés. Les tarifs postaux et téléphoniques ne sont plus fixés par les ministères des Finances et des postes et télécommunications. La situation financière de La Poste est sensiblement différente de celle de la DGP. En 1923, une loi avait été votée qui séparait le budget des postes de celui de l’État. Cette loi permettait toutefois à l’État de prélever d’importantes sommes sur les bénéfices du service postal afin de subventionner les programmes électroniques et spatiaux du gouvernement. La loi de réforme de 1990 a accordé à La Poste un budget totalement indépendant. La question des tarifs postaux réduits pour la presse, qui représentaient la moitié des subventions publiques accordées au total à ce secteur, a également été résolue par la réforme, qui a obligé l’État à contribuer aux subventions des tarifs de la presse.

D’autres subventions devaient être trouvées pour financer les bureaux de poste déficitaires dans les zones rurales ; en 1990, on comptait 17 000 bureaux de poste, dont 12 000 dans des zones de moins de 10 000 habitants. La réforme de 1990 visait à soutenir les services postaux structurellement déficitaires en développant l’expertise de La Poste en matière de services financiers. La part de La Poste dans la collecte des comptes courants ne cesse de diminuer depuis 40 ans, passant de 30 % de la collecte totale des comptes courants en 1950 à 12 % en 1988. Les produits d’épargne traditionnels subissaient également une forte concurrence de la part des nouveaux produits d’épargne orientés vers la bourse. La réforme de 1990 a autorisé La Poste à agir comme une compagnie d’assurance en offrant tous les types d’assurance personnelle. Mais une différence majeure subsiste entre La Poste et les banques françaises : la première n’a pas le droit de faire des prêts immobiliers si l’emprunteur n’a pas d’épargne préalable ni de faire des prêts à la consommation, deux types de prêts pour lesquels la demande est croissante.

Un prestataire de services diversifiés pour le nouveau siècle

Parallèlement, le P & T commence à développer une politique de marketing, puisqu’il est autorisé à établir des contrats individualisés pour les services de courrier avec de grands clients privés, généralement des entreprises. Les années 1980 sont caractérisées par le développement de nouveaux services : les services de télécopie (fac-similé, ou fax) sont lancés en 1981. Chronopost, un service de livraison rapide de correspondance et de marchandises avec des délais garantis, a débuté en 1986. Le P & T a commencé à explorer des services tels que la livraison de cadeaux ou de publicités ou le courrier d’entreprise, grâce auxquels des prix spéciaux peuvent être négociés pour les envois importants. En 1990, des scanners informatisés sont installés pour le tri des codes postaux.

En 1991, La Poste devient une entreprise publique indépendante. Le groupe commence à renforcer son offre de services financiers, à tel point qu’au milieu de la décennie, les services financiers représentent près d’un quart de ses revenus. Pourtant, en 1997, La Poste est contrainte de détacher ses produits financiers de ses services de courrier, afin de réduire son avantage concurrentiel. Cette politique a placé La Poste au même niveau que la plupart de ses homologues européens. Dans le même temps, La Poste doit faire face à une concurrence croissante dans ses services de livraison de courrier et de colis, car une part de plus en plus importante de ce segment est ouverte à la concurrence.

En réaction, La Poste a commencé à diversifier ses activités à la fin des années 1990. La logistique et les services de courrier d’entreprise, non seulement en France, mais aussi dans toute l’Europe, deviennent une orientation centrale de l’entreprise. En 2000, La Poste crée une nouvelle filiale, GeoPost, basée au Royaume-Uni, pour superviser ses participations logistiques croissantes. En 2000, La Poste crée une nouvelle filiale, GeoPost, basée au Royaume-Uni, pour superviser ses activités logistiques croissantes. Cette même année, La Poste prend le contrôle total de son partenariat de fret aérien Aéropostale avec Air France, qui est rebaptisé Airpost et se concentre alors sur les services de trafic postal. La Poste prend également des mesures pour prendre une part importante sur les marchés de la communication par Internet et de la livraison du commerce électronique ; en 2000, La Poste déploie un service gratuit de courrier électronique et d’accès à Internet situé dans son réseau de bureaux. Entre-temps, La Poste a renforcé sa position sur le marché européen de la livraison de colis. Après avoir racheté Denkhaus, présent en Allemagne et au Benelux, en 1998, La Poste commence à prendre une participation dans Deutsche Paket Dienst (DPD), grand rival de Deutsche Post en Allemagne, qui détient également des positions de premier plan au Royaume-Uni et en France. En 2001, La Poste a pris le contrôle total de DPD, ce qui lui confère l’une des principales positions sur le marché européen.

Cette acquisition ne s’est cependant pas faite sans heurts : à la fin de l’année, il est apparu que La Poste avait surpayé DPD de quelque 100 millions d’euros. L’amortissement qui en a résulté, combiné aux préparatifs du passage à l’eurodollar en 2002 et aux perturbations résultant des attentats du 11 septembre à New York et à Washington, a obligé La Poste à enregistrer sa première perte annuelle depuis 1996, soit 95 millions d’euros.

Un rapport parlementaire publié fin 2001 recommande à La Poste de filialiser ses services financiers afin d’assurer sa survie face au nouveau géant des services bancaires issu de la fusion de la Caisse des Dépôts et Consignations et de la Caisse d’Épargne. Cette filialisation permettra à La Poste d’offrir une gamme complète de services financiers, y compris des prêts immobiliers et autres, et permettra à de nombreux bureaux ruraux déficitaires du groupe de devenir rentables. Entre-temps, La Poste a commencé à faire pression pour obtenir le droit de fermer une grande partie de ces bureaux, dont beaucoup desservaient des villes de moins de 2 000 habitants, afin de réorienter le réseau vers des villes plus denses de plus de 10 000 habitants.

PS : Le service de mise en relation avec les SAV proposé par le site contacter-sav.org est un service indépendant et non affilié à la société La Poste Box. Les coordonnées gratuites ou de mise en relation sont indiquées dans les textes ci-dessus.

Page de renseignement SAV pour La Poste Box crée le 17 mars 2021 – Indice 2 

Dernière modification : 22/04/21

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.