Popularité de la marque Ktm

93000

Contacter le SAV Ktm

Pour contacter le service Ktm sur son service après-vente (S.A.V), vous pouvez consultez les informations sur cette page.

Le nom de l’entreprise concerné par le service après vente possède plusieurs dénominations ou marques comme : Ktm, @Official.KTM ou www.ktm.com et elle travaille généralement dans le secteur Auto / Véhicules et plus précisément dans la catégorie Entreprise locale .

Vous pouvez contacter le SAV ou service après vente ktm par exemple pour les motifs suivant :

  • Réparation, Bug, cassé ou autre anomalie avec Ktm France
  • Colis endommagé ou abîmé en provenance de Ktm 
  • Demande de facture, remboursement ou un avoir chez Ktm 
  • Demande de garantie ou prise en charge assurance avec Ktm en France
  • Faire une réclamation à ktm

SAV Ktm par téléphone

Mise en relation avec le Service après vente Ktm ci-dessous :

Disponibilité : 7j/7 et 24h/24

*Mise en relation au 0890598054 (0,80€/min + prix d’un appel local)

Ktm est sur Facebook

@Official.KTM

Entreprise locale Boutique Boutique

Adresse de la page Facebook : 1247098
https://fr-fr.facebook.com/Official.KTM/

Contacter Ktm SAV par internet

Voici l’url de la page correspondant aux services après vente pour Ktm :

KTM - READY TO RACE

https://www.ktm.com/en-int.html

Vous pouvez trouver plus d’informations si besoin sur le site internet www.ktm.com

Horaires d’ouverture du service SAV Ktm

Aucune donnée

Liste des magasins en France Ktm

Aucune donnée

Questions courantes sur Ktm

Aucune donnée

Description de l’entreprise Ktm et de son SAV

Histoire de KTM Motorcycles

Il existe trois grands épicentres de la fabrication de motos dans le monde. En Amérique, Harley-Davidson, dans le Wisconsin, est le premier producteur. En Asie, c’est la société indienne Hero MotoCorp, qui est également le plus grand fabricant de motos au monde. En Europe, l’Autrichien KTM AG règne en maître en tant que première marque de motos en Europe. En 2016, KTM AG a vendu plus de motos que des marques telles que BMW, Aprilia et Ducati. KTM AG est également le fabricant de l’hypercar X-Bow, qui a fait ses débuts au salon de l’automobile de Genève en 2008 et qui est toujours en production aujourd’hui.

Les Premiers Jours de KTM

L’histoire de KTM commence en 1934, bien avant que l’idée de motos de course hautes performances et de supercars ne soit même conceptualisée. L’ingénieur autrichien Hans Trunkenpolz ouvre un atelier de réparation de voitures à Mattighofen. Trois ans plus tard, l’atelier de Trunkenpolz vendait des motos DKW et, l’année suivante, il ajoutait des voitures Opel à l’offre de son entreprise. Le magasin est alors connu sous le nom de Kraftfahrzeug Trunkenpolz Mattighofen : Kraftfahrzeug, le mot allemand pour véhicule à moteur, Trunkenpolz, du nom de son fondateur Hans Trunkenpolz, et Mattighofen, le lieu du magasin. C’est le début de la marque KTM.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, KTM se maintient grâce à des travaux de réparation de moteurs diésel et la femme de Trunkenpolz gère l’entreprise. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le nombre de réparations de moteurs diminue presque instantanément, ce qui amène Trunkenpolz à envisager la création et la production de sa propre moto. Contrairement à BMW, qui était un fournisseur majeur du Troisième Reich, KTM n’était pas encombré par les mêmes restrictions de fabrication d’après-guerre que celles imposées aux autres anciennes sociétés de l’Axe par les Nations Unies nouvellement formées. Trunkenpolz a créé un prototype de sa première moto en 1951, la R100. La R100 utilisait toutes les pièces internes fabriquées sur mesure, à l’exception des moteurs Rotax fournis par Fitchel & Sachs. La production de la R100 a commencé en 1953 avec une équipe de seulement 20 employés (dont Johann Trunkenpolz lui-même). L’équipe était capable de produire 3 motos complètes par jour. La même année, Trunkenpolz s’associe à l’homme d’affaires Ernst Kronreif qui devient un investisseur et un actionnaire majeur de KTM. L’entreprise est alors rebaptisée Kronreif & Trunkenpolz Mattighofen. Les deux années suivantes sont marquées par l’introduction de trois nouveaux produits, la R125 Tourist en 1954 et le scooter Grand Tourist et Mirabell en 1955.

Une introduction à la course et aux nouveaux modèles

KTM fait ses débuts officiels en compétition en 1954 et remporte son premier titre dans le championnat national autrichien 125cc de la même année. Ils ont fait une apparition lors de l’International Six Days Trials de 1956, le plus ancien événement de moto tout-terrain au monde, sanctionné par la FIM, et ont remporté une médaille d’or avec Egon Dornauer pilotant une moto KTM. KTM a construit sa toute première moto sportive dédiée en 1957, la Trophy 125cc. Le nom, sans aucun doute, était une référence à leur victoire au championnat national autrichien 125cc juste 3 ans plus tôt. KTM a ensuite lancé son premier cyclomoteur, le Mecky, en 1957, le Ponny I en 1960 et le Ponny II en 1962, ainsi que le Comet, nouveauté de 1963. Le Mecky et les Ponny I et II sont devenus des moyens de transport urbain fiables, tandis que le Comet est devenu le nouveau favori des coureurs tout-terrain. KTM a remporté son tout premier championnat FIM Motocross GP en 1974 avec le coureur de motocross russe Guennady Moisseev qui a remporté la catégorie 250cc sur une KTM 250. Cette victoire sera la première de plus de 260 championnats du monde remportés par KTM au cours des 40 années suivantes.

Croissance de l’entreprise… Et chute ultérieure

En 1971, KTM a augmenté ses effectifs à 400 employés et propose 42 modèles différents dans sa gamme de produits. KTM produisait également des motos de course pour l’industrie des courses de motos. Au cours des années 1970 et 1980, KTM a commencé à fabriquer des radiateurs pour plusieurs constructeurs automobiles européens. L’activité radiateurs représente à elle seule une part importante des revenus de KTM dans les années 80. En 1978, KTM a fondé sa filiale américaine, KTM North America, située à Lorrain, Ohio. De retour en Autriche, KTM est rebaptisée KTM Motor-Fahrzeugbau KG en 1980 et en 1981, l’entreprise compte 700 employés. Les revenus s’élevaient à 750 millions de dollars en 1981 et les activités internationales représentaient 76 % de cette somme.

Alors que les affaires étaient bonnes pour l’ancien petit atelier automobile autrichien, les constructeurs japonais tels que Honda, Yamaha, Suzuki et Kawasaki avaient pénétré le marché international de la moto et se répandaient comme une traînée de poudre dans les années 1980. Il n’a pas fallu longtemps pour que l’invasion asiatique détrône les anciens géants du deux-roues et devienne la nouvelle force dominante dans la fabrication et la vente de motos. Le succès quasi instantané des marques de motos japonaises a étouffé les ventes de scooters et de cyclomoteurs de KTM, ce qui a conduit à un arrêt de la production en 1988. Avec la mort du PDG de l’époque, Erich Trunkenpolz (fils de Hans Trunkenpolz, décédé en 1962), et une prise de contrôle à 51 % menée par le politicien autrichien Josef Taus en 1989, l’avenir de KTM était en péril. Taus a eu du mal à ramener KTM à la rentabilité et, en 1991, le contrôle de KTM était réparti entre de nombreuses banques créancières.

Un nouveau bail sur la vie

Le portefeuille de produits que KTM avait cultivé pendant les années 70 et 80 a été divisé en quatre entités distinctes en 1992 : les bicyclettes étaient désormais produites par KTM Fahrrad GmbH, les radiateurs automobiles étaient fabriqués par KTM Kühler GmbH, la fabrication d’outils était confiée à KTM Werkzeugbau GmbH, et la division moto, au cœur des premiers succès de KTM, s’appelait désormais KTM Sportmotorcycle Gmbh.

KTM Sportmotorcycle GmbH démarre lentement, mais augmente efficacement sa production et son chiffre d’affaires au cours des années suivantes. Sous la direction de KTM Motorradholding GmbH (une coentreprise entre Cross Holding et d’autres investisseurs), KTM Sportmotorcycle prend pied et peut absorber la division outillage, KTM Werkzeugbau GmbH. KTM Sportmotorcycle investit davantage dans la production et dans de toutes nouvelles installations de recherche et développement, ce qui permet de produire de nouvelles innovations et davantage de produits. L’entreprise reprend ses intérêts dans le domaine des sports motorisés et participe en tant que sponsor et concurrent à une multitude de courses de motos officiellement sanctionnées. La moto sportive Duke est lancée en 1994 et devient le modèle standard le plus populaire de la société. En 1996, KTM a lancé sa couleur orange, devenue sa signature, et en 1997, les motos hautes performances Supermoto et Adventure à quatre cylindres refroidis par liquide ont fait leur première apparition.

En 1995, KTM a acheté la société suédoise Husaberg AB et en 2013, elle a acquis un autre concurrent suédois, Husqvarna. En 2015, KTM est devenu le plus grand fabricant de motos d’Europe. Les revenus pour cette année-là ont totalisé 1 milliard d’euros (1 128 149 000 USD) et KTM a pu intégrer trois des quatre divisions introduites après la scission de 1992.

Moteur de course de KTM

KTM détient actuellement 96 championnats du monde MXGP, MX1 et MX2 depuis 1974 et 114 titres mondiaux E1, E2, E3 et Super Enduro depuis 1990. L’entreprise a remporté 260 titres de champion du monde et a remporté 3 championnats consécutifs en AMA Supercross entre 2015 et 2017. KTM a fait ses débuts au Rallye Dakar en 1994 et s’est classé de la 2e à la 12e place lors de l’édition 1998. Entre 2001 et 2018, aucun autre constructeur n’a eu une telle emprise sur la course de rallye la plus meurtrière du monde que KTM. Parmi les autres épreuves de rallye cross-country disputés par KTM figurent le Rallye de l’Atlas et le Rallye du Maroc. KTM compte 37 titres mondiaux en rallye tout terrain et a remporté 15 fois le Championnat du monde de rallye tout terrain de la FIM.

KTM a également connu le succès sur le bitume et en tout-terrain. En 2003, KTM s’est lancé dans la course sur route, plus précisément dans les catégories 125cc et 250cc. KTM a remporté le championnat constructeur du Grand Prix 2005 et le titre constructeur Moto3 en 2012, puis les titres constructeurs en 2014 et 2016, ainsi que le titre mondial de la catégorie Moto3 la même année. KTM est également présent dans les catégories MotoGP et Moto2 et a participé activement au championnat international allemand de Superbike entre 2009 et 2011.

En 2008, KTM a fait son entrée dans le monde des hypercars avec la X-Bow. La X-Bow est une voiture de sport ultra-légère à moteur central/arrière et à propulsion arrière, conçue pour une utilisation sur route et sur circuit (sauf en Amérique du Nord, où elle ne peut être achetée qu’en tant que voiture de course sur circuit). La construction en fibre de carbone permet à la X-Bow de peser un peu plus de 1 700 livres, soit une fraction du poids à vide d’une voiture de tourisme ordinaire. L’itération actuelle utilise un moteur 2,5 litres turbocompressé d’origine Audi qui développe entre 295 et 346 chevaux (selon le réglage) et le transmet aux roues arrière par l’intermédiaire d’une boîte de vitesses manuelle standard à 6 rapports ou d’une boîte de vitesses manuelle séquentielle performante à 6 rapports, avec une boîte de vitesses automatique à double embrayage adaptée aux circuits de course qui sera disponible à l’avenir. La vitesse maximale est de 150 MPH et le 0-60 est en moyenne de 3,3 secondes. Sur le circuit de course professionnel, la X-Bow a remporté la classe supersports du championnat GT britannique 2009, la classe GT4 lors de la saison 2011, et un championnat GTS 2016 dans la série GT World Challenge sanctionnée par l’USAC.

Gamme de performances de la marque KTM

KTM est spécialisé dans les motos hautes performances destinées à la route, au tout-terrain et aux circuits de course. Leur gamme de motos tout-terrain est divisée en quatre catégories : Motocross, Cross-Country, Enduro et Free Ride. Les motocross comprennent les séries SX 105, 126, 150 et 250 cm3 (50, 65 et 85 sont des motos pour les jeunes) et la KTM SX-F. Les motos de Cross-Country XC comprennent des modèles à deux temps de 150, 250 et 300 cc et des modèles à quatre temps de 250, 350 et 450 cc. La gamme Endure EXC comprend des motos à quatre temps de 250, 350, 450 et 510 cc et l’Endure R avec un moteur de 690 cc. La série Free Ride comprend la Freeride 250R et les Freeride E-SX, E-XC et la version routière E-SM, toutes électriques, qui sont disponibles pour le marché européen.

La gamme de motos de rue de KTM remonte à la Duke 620 originale de 1994. Ces motos sont réparties en six catégories : Supermoto (690 SMC R, 625 SMC et 560 SMR), Adventure Tourer (1090 Adventure et 2190 Super Adventure), Sports Tourer (1290 Superduke GT), Naked Bikes (versions standards dépouillées de la Duke et de la Superduke), Supersport (RC 390 et RC16 de course) et la Superbike récemment abandonnées, qui consistait en la 1190 RC8 homologuée comme moto de rue/de course.

Que vous couriez sur la terre ou sur l’asphalte, que vous preniez l’air ou que vous rouliez dans des virages en épingle à cheveux, Race Driven est le premier arrêt des passionnés de moto et de VTT pour les pièces de performance et de rechange.

PS : Le service de mise en relation avec les SAV proposé par le site contacter-sav.org est un service indépendant et non affilié à la société Ktm. Les coordonnées gratuites ou de mise en relation sont indiquées dans les textes ci-dessus.

Page de renseignement SAV pour Ktm crée le 17 mars 2021 – Indice 11 

Dernière modification : 23/03/21

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.