Popularité de la marque Iwc

6200

Contacter le SAV Iwc

Pour contacter le service Iwc sur son service après-vente (S.A.V), vous pouvez consultez les informations sur cette page.

Le nom de l’entreprise concerné par le service après vente possède plusieurs dénominations ou marques comme : Iwc, @IWCWatches ou www.iwc.com et elle travaille généralement dans le secteur Affaires / Économie et plus précisément dans la catégorie Bijoux/montres .

Vous pouvez contacter le SAV ou service après vente iwc par exemple pour les motifs suivant :

  • Réparation, Bug, cassé ou autre anomalie avec Iwc France
  • Colis endommagé ou abîmé en provenance de Iwc 
  • Demande de facture, remboursement ou un avoir chez Iwc 
  • Demande de garantie ou prise en charge assurance avec Iwc en France
  • Faire une réclamation à iwc

SAV Iwc par téléphone

Mise en relation avec le Service après vente Iwc ci-dessous :

Disponibilité : 7j/7 et 24h/24

APPELER au 0890248809 * 0890248809 0,80 € / min
 

Service de renseignement et de mise en relation : Ce site est un service privé payant d’information et de renseignement distinct des marques et des services publics non-rattachés à ces derniers

Iwc est sur Facebook

@IWCWatches

Bijoux/montres Entreprise Entreprise

Adresse de la page Facebook : 1973718
https://fr-fr.facebook.com/IWCWatches/

Contacter Iwc SAV par internet

Voici l’url de la page correspondant aux services après vente pour Iwc :

Montres de luxe suisses | IWC Schaffhausen

https://www.iwc.com/fr/home.html

Vous pouvez trouver plus d’informations si besoin sur le site internet www.iwc.com

Horaires d’ouverture du service SAV Iwc

Aucune donnée

Liste des magasins en France Iwc

Aucune donnée

Questions courantes sur Iwc

Aucune donnée

Description de l’entreprise Iwc et de son SAV

Histoire de IWC

Il est surprenant de constater que l’histoire d’International Watch Company (IWC) Schaffhausen, l’un des principaux fabricants de montres suisses, a commencé ici même à Boston, il y a plus de 140 ans.

Florentine Ariosto Jones était un horloger et ingénieur de 27 ans, ainsi que le directeur de la E. Howard Watch and Clock Company à Boston, l’un des principaux horlogers américains. Le jeune Ariosto avait une vision entrepreneuriale étonnante : utiliser l’incomparable savoir-faire des horlogers suisses combiné à une technologie de pointe pour produire des montres de la plus haute qualité pour les Américains. Son idée était de transformer les petits ateliers suisses qui existaient depuis le 17ème siècle, en une usine moderne avec une méthode de production centralisée.

À la consternation de Jones, la plupart des professionnels suisses regardent cette idée d’un mauvais œil, réticents à l’idée de faire entrer leur industrie dans le monde moderne du 19e siècle. C’est alors qu’on lui présente Heinrich Moser, un industriel de Schaffhouse, le centre de l’une des plus anciennes régions horlogères du Rhin, où le monastère local a produit la plus ancienne horloge connue, en 1409, pour l’église Saint-Jean. Schaffhouse est une ville pittoresque du Moyen Âge située à l’extrême nord de la Suisse, dans un canton portant le même nom. Elle est située de l’autre côté de la rivière, en Allemagne. Les archives officielles font état d’une guilde d’horlogers à Schaffhouse depuis 1583, et la ville a également accueilli la célèbre famille d’horlogers Habrecht, qui a construit l’une des plus remarquables horloges astronomiques de l’histoire pour la cathédrale de Strasbourg. Néanmoins, c’est le projet de Jones de fabriquer en interne un nombre relativement important de montres de haute qualité, avec des tolérances identiques, qui a permis aux garde-temps fabriqués dans la ville de Schaffhouse de devenir célèbres dans le monde entier.

L’actuelle IWC, propriété de Richemont Corporation depuis 2000, produit certaines des montres les plus belles, les plus compliquées et les plus ultra-fonctionnelles au monde. Leur savoir-faire, leur technologie et leurs incroyables conceptions les placent dans un groupe exalté d’horlogers. L’ironie veut que, malgré la vision américaine très moderne de Florentine Jones sur la fabrication de masse, IWC continue de produire des montres de précision avec un savoir-faire suisse de l’ancien monde, avec plusieurs modèles plus abordables que d’autres marques équitables.

Une histoire d’IWC Schauffhausen

Le dix-neuvième siècle

Le Florentin Ariosto Jones, 27 ans, originaire de Boston, Massachusetts (1841-1916), a fondé IWC à Schaffhouse en 1868. Sa vision était de fabriquer des montres de poche de qualité supérieure pour le marché des États-Unis. Après sept ans de premiers succès, Jones a construit une nouvelle manufacture sur les rives du Rhin en 1875, qui employait 196 personnes. Cinq ans plus tard, en 1880, Jones a vendu IWC à Johannes Rauschenbach-Vogel (1815-1881), un fabricant de moteurs industriels de Schaffhouse. Un an plus tard, Rauschenbach-Vogel meurt et IWC est transmise à son fils, Johannes Rauschenbach-Schenk (1856-1905), qui se révèle être un innovateur. En 1885, IWC a introduit le système Pallweber, les premiers garde-temps à affichage numérique des minutes et des heures.

En 1887, elle a produit le garde-temps Magique, avec un boîtier cabriolet et un indicateur de 24 heures qui fonctionnait à la fois comme un cadran ouvert et un chasseur. En 1899, la société a lancé l’une des premières montres-bracelets, avec le petit mouvement de montre de poche pour dames de calibre 64 dans un joli boîtier fixé par des cornes à un bracelet en cuir. Le mouvement de calibre 63 a également été utilisé pour d’autres montres.

Le vingtième siècle

La fille de Johannes Rauschenbach-Schenk, Marie (1882-1955), épousa le psychiatre pionnier C. G. Jung en 1903, tandis que sa sœur, Bertha Margaretha (1869-1955), épousa l’industriel Ernst Jakob Homberger (1869-1955) la même année. Les deux gendres reçurent en dot les intérêts de leurs épouses dans l’entreprise et, en 1905, à la mort de Johannes Rauschenbach, Homberger représenta la famille, prenant les rênes d’IWC et commençant une ère qui dura jusqu’en 1944.

IWC a conçu ses premiers mouvements pour montres-bracelets en 1915. Le mouvement de calibre 75 n’avait pas de seconde, mais le calibre 76 comprenait un affichage de la petite seconde. En 1929, Ernest Jakob Homberger a racheté les parts de Carl Jung, devenant ainsi l’unique propriétaire de la société. IWC a produit un mouvement de forme rectangulaire, le calibre 87, pour faire fonctionner ses élégantes nouvelles montres tonneau en 1931. En 1936, elle lance la montre spéciale pour pilotes, avec un index en forme de flèche sur une lunette tournante qui indique les heures de décollage. En 1940, alors que la Seconde Guerre mondiale commence en Europe et en Asie, les aviateurs achètent la Big Pilot’s Watch 52 T.S.C. d’IWC, dotée d’une indispensable aiguille centrale des secondes.

En 1944, IWC a créé sa montre-bracelet W.W.W. pour l’armée britannique. Les trois « W » étaient gravés au dos des boîtiers, ainsi que l’insigne royal en forme de flèche. Cette année-là, l’ingénieur Albert Pellaton (né en 1898) devient le directeur technique de la société. Le premier modèle de montre de Pellaton, le calibre 89, est présenté en 1946. Il était extrêmement précis et contenait une aiguille centrale des secondes. La montre de pilote Mark 11 a fait ses débuts en 1948, utilisant également le mouvement de calibre 89. Son boîtier intérieur en fer doux offre une protection anti-magnétique extrêmement efficace aux scientifiques, pilotes et techniciens. Le mouvement de calibre 85 a été introduit en 1950 – le premier mécanisme à remontage automatique d’Albert Pellaton – avec son système innovant de remontage Pawl au lieu des traditionnels engrenages réciproques.

Le fils d’Ernest Jakob Homberger, Hans Ernest, a repris IWC en 1955 ; son ère a duré plus de deux décennies et il a été le dernier propriétaire privé de l’entreprise. La première montre à remontage automatique Ingenieur (réf. 1832) est également présentée cette année-là. 1959 a vu l’introduction du premier mouvement automatique d’IWC pour les femmes : le calibre 44. En 1967, la société a lancé sa célèbre ligne de montres de plongée professionnelle avec l’Aquatimer, qui était étanche jusqu’à une profondeur de 20 bars. En outre, l’élégante Yacht Club Automatic de la société est présentée pour la première fois au salon de Bâle. En 1969, IWC a développé son mouvement à quartz révolutionnaire Beta 21, qui fonctionne à une fréquence incroyablement élevée de 8192 hertz. La première montre Beta 21 est la Da Vinci. En 1976, la société a présenté son Ingenieur SL actualisé. En 1977, le calibre compliqué 9721 a été dévoilé – leur première montre de poche avec affichage des phases de lune et du calendrier, dont certaines étaient squelettées.

En 1978, la société, en coopération avec le designer automobile F.A. Porsche, a créé la première montre-bracelet avec une boussole intégrée. Cette même année, le fabricant d’instruments allemand VDO Adolf Schindling AG acquiert IWC, dont il restera propriétaire jusqu’au début du 21e siècle. En 1980, F.A. Porsche a également conçu pour IWC le premier chronographe au monde avec boîtier en titane ; l’horloger a mis au point son processus d’usinage de ce métal de haute technologie en consultant le spécialiste de la technologie Aérospatiale. La montre de plongée Ocean 2000, exceptionnellement durable, a été lancée en 1982. Elle est fabriquée en titane et résiste à une pression de 200 atmosphères. IWC a présenté la Da Vinci en 1985, le premier chronographe avec un calendrier perpétuel programmé pour 500 ans et un affichage de l’année à quatre chiffres. En 1986, la société a commencé à utiliser de l’oxyde de zirconium résistant aux rayures comme matériau de boîtier ; il s’agissait d’un alliage céramique pratiquement incassable. En 1987, IWC lance sa Novecento (réf. 3545), qui signifie « 20e siècle » en italien, une montre rectangulaire, automatique et étanche qui comprend une complication de calendrier perpétuel.

En 1990, après 7 ans de travail, la société fait un bond en avant dans l’horlogerie de précision avec sa Grande Complication (réf 3770), une montre-bracelet chronographe qui comprend une répétition des minutes, un affichage des phases de lune et un calendrier perpétuel. En 1993, l’ultime création d’IWC, Il Destriero Scafusia (« Le cheval de guerre de Schaffhausen »), est produite pour le 125e anniversaire de la marque. Il s’agit de la montre-bracelet la plus compliquée au monde, fabriquée en 125 exemplaires seulement, qui comprend une rattrapante, un tourbillon, une répétition minutes et un calendrier perpétuel. La montre portugaise de grand calibre et de haute précision a également été fabriquée en une édition spéciale de 125 exemplaires. La Pilot’s Watch Mark XII (réf. 3241), nouvelle incarnation de la désormais légendaire Mark 11, est présentée en 1994. En 1995, pour célébrer le dixième anniversaire de sa Da Vinci automatique, IWC en a fait un chronographe à rattrapante (réf 3751). La même année, elle présente son étonnant Chronographe-Rattrapante Portugais (réf. 3712), un chronographe de grand calibre également doté d’une aiguille de rattrapante, ainsi que sa nouvelle Répétition Minutes Portugaise (réf. 5240). La nouvelle collection de montres de sport GST (réf. 3536) a été présentée en 1997 et, en 1998, la Pilot’s Watch UTC (réf. 3251) (Universal Time Coordinated) a été dévoilée, avec un affichage de vingt-quatre heures et une aiguille des heures réglable par pas d’une heure. Pour couronner le siècle, la montre de plongée GST Deep One (réf. 3527), qui comprend un profondimètre de précision, est lancée en 1999.

Le vingt-et-unième siècle

Le nouveau siècle et le nouveau millénaire marquent le début de l’ère Richemont chez IWC, les propriétaires actuels de l’entreprise. L’an 2000 a vu naître la très grande montre de calibre 5000 qui fonctionnait sans interruption pendant 7 jours et comportait un indicateur de réserve de marche ainsi qu’un mécanisme de remontage automatique Pellaton. Le mouvement maison a été conçu pour leurs grandes montres-bracelets, les énormes boîtiers de 40 mm étant devenus internationalement populaires. Günter Blümlein (1943-2001), le président du conseil d’administration d’IWC, est mort en 2001. Il avait eu un impact énorme sur le développement contemporain de l’entreprise. La société a renoué avec la tradition de la Grande Montre de Pilote (réf 5002) en 2002, en présentant une nouvelle version à remontage automatique, avec réserve de marche et affichage de 7 jours, et indicateur de date, qui a suscité un énorme engouement au Salon International de la Haute Horlogerie (SIHH) de Genève. En 2003, la Portugaise Calendrier Perpétuel (réf 5021) avec son affichage exclusif de la phase de lune hémisphérique a été dévoilée, ainsi que la nouvelle collection de montres de pilote Spitfire qui commémore l’avion de chasse britannique de la Seconde Guerre mondiale. La société a relancé sa ligne Aquatimer en 2004, tout en élargissant la famille des Portugaises avec les ajouts de la Portugaise Automatique (réf. 5001), de la Portugaise Répétition Minutes Squelette (réf. 5241) et de l’exquise Portugaise Tourbillon Mystère (réf. 5042). Cette même année a également vu de nouveaux ajouts aux collections Portofino et Da Vinci.

Il y a eu dix dévoilements d’IWC au cours de l’année phare de 2005, dont de nouveaux modèles pour les lignes Da Vinci et Portugaise. En outre, la montre Ingenieur a été déclinée en trois nouvelles versions. La nouvelle annexe Est de la manufacture de la société à Schaffhouse a également été officiellement inaugurée. En 2006, IWC a présenté cinq sélections modifiées de montres de pilote, dont la grande montre de pilote actualisée (réf. 5004) et la montre de pilote chronographe (réf. 3706). Les modèles de la ligne Spitfire, comme le Spitfire Chronograph (réf 3717) ont également été retravaillés dans une taille plus grande. L’année 2007 a marqué les débuts de la magnifique collection Da Vinci en forme de tonneau ; le chronographe a reçu un tout nouveau mouvement fabriqué en interne. Elle a également dévoilé la Da Vinci Perpetual Calendar Edition Kurt Klaus (réf 3762), nommée en l’honneur de l’ingénieur qui a inventé le premier calendrier à l’occasion de son jubilé d’or avec la société. Parmi les autres nouveaux modèles figurent la Big Ingenieur 7 Day Automatic (réf. 5005) et la Spitfire Double Chronograph (réf. 3712). Cet été-là, le nouveau musée de l’horlogerie ouvre ses portes à Schaffhouse, dans l’ancienne usine qui a été élégamment réaménagée avec des expositions modernes et magnifiquement éclairées, dont une présentation multimédia saisissante retraçant l’histoire de la société.

2008 a marqué le 140e anniversaire d’IWC. Une collection vintage exclusive a été présentée en l’honneur des fondateurs de ses six familles de montres, et la nouvelle annexe ouest construite pour les horlogers a été achevée et inaugurée. Une nouvelle génération de montres de plongée Aquatimer a été présentée en 2009, ainsi que la première très médiatisée de la spectaculaire Da Vinci Perpetual Calendar Digital Date-Month (réf. 3761) avec son affichage numérique du mois et de la date en gros chiffres. Plusieurs nouveaux modèles de la collection Portugaise ont été introduits en 2010 ; la Portugaise Tourbillon Mystère Rà © trograde (ref 5044) comprenait le Tourbillon volant avec un affichage de la date rà © trograde. La Grande Complication (réf. 3774) a fait ses débuts dans un nouveau boîtier portugais, tout comme le nouveau chronographe sportif Portuguese Yacht Club (réf. 3902). L’innovante Da Vinci Chronograph Ceramic (réf. 3766) a également été dévoilée. Son boîtier est fabriqué à partir d’un alliage de titane et de céramique high-tech et robuste, avec un fantastique anneau tridimensionnel qui semble léviter au-dessus du cadran.

En 2011, la société a dévoilé sa ligne de montres Portofino, retravaillée dans un style italien classique. La Portofino Hand-Wound Eight Days (réf 5101) comprenait un nouveau mouvement de calibre 59210 fabriqué en interne. L’Ingenieur Double Chronograph Titanium (iw 3765) avait un boîtier en titane, une aiguille de rattrapante et un bracelet en caoutchouc résistant. En aoà « t, IWC présente la montre la plus ultra-exclusive et la plus complexe jamais venue de Schaffhouse : la Sidèrale Scafusia portugaise (ref 5041). Elle a été présentée à l’Observatoire européen austral (ESO) à Cerro Paranal, au Chili, et comprenait son tourbillon à force constante breveté et d’autres complications redoutables telles que des affichages astronomiques calculés individuellement. Chaque exemplaire était unique et créé spécifiquement sur commande.

L’année 2012 a vu l’introduction de cinq montres TOP GUN (réf. 3789) très intéressantes. La ligne TOP GUN Miramar (réf 3880) avait un design distinctif et militaire dans leur longue tradition de fabrication de montres de pont. L’élégante collection Spitfire a été enrichie de la luxueuse Spitfire Perpetual Calendar Digital Date-Month, et la collection Classics, avec son look aéronautique de style cockpit, a dévoilé sa Pilot’s Watch World Timer (réf 3262) dans la famille des Pilot’s UTC.

PS : Le service de mise en relation avec les SAV proposé par le site contacter-sav.org est un service indépendant et non affilié à la société Iwc. Les coordonnées gratuites ou de mise en relation sont indiquées dans les textes ci-dessus.

Page de renseignement SAV pour Iwc crée le 17 mars 2021 – Indice 7 

Dernière modification : 15/04/21

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.