Popularité de la marque Canon Photo

800

Contacter le SAV Canon Photo

Pour contacter le service Canon Photo sur son service après-vente (S.A.V), vous pouvez consultez les informations sur cette page.

Le nom de l’entreprise concerné par le service après vente possède plusieurs dénominations ou marques comme : Canon Photo, @CanonFrance ou canon.fr et elle travaille généralement dans le secteur Affaires / Économie et plus précisément dans la catégorie Appareil photo/photo .

Vous pouvez contacter le SAV ou service après vente canon photo par exemple pour les motifs suivant :

  • Réparation, Bug, cassé ou autre anomalie avec Canon Photo France
  • Colis endommagé ou abîmé en provenance de Canon Photo 
  • Demande de facture, remboursement ou un avoir chez Canon Photo 
  • Demande de garantie ou prise en charge assurance avec Canon Photo en France
  • Faire une réclamation à canon photo

SAV Canon Photo par téléphone

Mise en relation avec le Service après vente Canon Photo ci-dessous :

Disponibilité : 7j/7 et 24h/24

*Mise en relation au 0890598054 (0,80€/min + prix d’un appel local)

Canon Photo est sur Facebook

@CanonFrance

Appareil photo/photo

Adresse de la page Facebook : 320492
https://fr-fr.facebook.com/CanonFrance/

Contacter Canon Photo SAV par internet

Voici l’url de la page correspondant aux services après vente pour Canon Photo :

https://www.canon.fr/support/consumer_products/repair/

Vous pouvez trouver plus d’informations si besoin sur le site internet canon.fr

Horaires d’ouverture du service SAV Canon Photo

Aucune donnée

Liste des magasins en France Canon Photo

Aucune donnée

Questions courantes sur Canon Photo

Aucune donnée

Description de l’entreprise Canon Photo et de son SAV

Une brève histoire de Canon

Canon Inc. est le plus grand fabricant d’appareils photo au monde, avec une histoire de plus de 80 ans, au cours desquels ils ont réalisé certaines des innovations les plus importantes dans le domaine de la technologie photographique et vidéo.

Leurs débuts, cependant, ont été modestes : un petit atelier de rue à Tokyo où un homme du nom de Goro Yoshida réparait des caméras et des projecteurs de cinéma.

Bricoleur né, passionné par le fonctionnement interne des machines, Yoshida était fasciné par les caméras 35 mm des fabricants allemands Leica et Contax, en particulier le Leica Model II et le Contax Model 1, sortis respectivement en 1932 et 1933. Ces deux appareils emblématiques étaient considérés à l’époque comme les meilleurs appareils 35 mm du marché, et leur prix était à la hauteur de leur réputation grandiose.

Désireux de découvrir les secrets de son fonctionnement, Yoshida a démonté le Leica et a été complètement submergé : « J’ai juste démonté l’appareil sans plan précis, mais simplement pour jeter un coup d’œil à chaque pièce. J’ai découvert qu’il n’y avait pas d’éléments spéciaux comme des diamants à l’intérieur de l’appareil photo. Les pièces étaient faites de laiton, d’aluminium, de fer et de caoutchouc. J’ai été surpris de constater que lorsque ces matériaux peu coûteux étaient assemblés dans un appareil photo, cela demandait un prix exorbitant. Cela m’a mis en colère ».

Sa découverte l’inspira à poursuivre ses recherches et en 1933, il créa avec son beau-frère, Saburo Uchida (1899-1982) et un autre homme, Takeo Maeda (1909-1977), le Laboratoire d’instruments optiques de précision, dont le but était de poursuivre les recherches sur la mécanique des appareils photo. Un an plus tard, le résultat de leurs recherches se manifeste sous la forme du premier appareil photo à obturateur à plan focal 35 mm de fabrication japonaise, le Kwanon, du nom de la déesse bouddhiste de la miséricorde.

Le Kwanon n’était qu’un prototype, mais son successeur, le Canon de la Hanse, est sorti en février 1936 (bien que cette date soit contestée, certains affirmant qu’il a en fait été sorti à la fin de 1935). Premier télémètre 35 mm de haute qualité conçus et produits au Japon, le Hansa Canon était basé sur le Kwanon et était vendu exclusivement par la société Omiya Shashin Yohin Co. de Tokyo. Ltd. de Tokyo. (magasin d’appareils photo et d’accessoires Omiya) de Tokyo. Hansa était la marque de fabrique du magasin.

Le Precision Optical Instruments Laboratory n’avait pas les moyens de produire certains des composants essentiels d’un appareil photo, en particulier les objectifs et les télémètres, et s’est donc tourné vers la société Nippon Kogaku Kogyo, qui était, à l’époque, le plus grand fabricant d’équipements optiques du Japon, principalement spécialisé dans la production de matériel militaire et qui prévoyait de pénétrer le marché civil, sous la forme de lentilles de haute qualité. Nippon a produit l’objectif, sa monture, le viseur et les mécanismes de télémétrie, le laboratoire industriel Precision Optical étant responsable du corps principal de l’appareil photo, y compris le plan focal – obturateur et le couvercle du télémètre. Quelque peu ironique, Nippon Kogaku Kogyo deviendra plus tard Nikon Corporation, qui reste l’un des principaux concurrents de Canon.

– Le 10 août 1937 est la date officielle de la fondation de Canon et Takeshi Mitarai, le premier président, a commencé avec l’ambitieuse mission de « rattraper et dépasser le Leica ». La seconde guerre mondiale allait mettre un terme à une grande partie de la production japonaise en raison du chaos qui régnait dans le pays.

En octobre 1946, Canon lance le très attendu SII, le premier appareil photo 35 mm équipé d’un viseur et d’un télémètre combinés et, en 1949, son successeur, le IIB, qui comprend un viseur optique à trois voies, assorti d’objectifs interchangeables.

La conception innovante du SII et de l’IIB a considérablement renforcé la réputation de la société, à tel point qu’à cette époque, les appareils Canon étaient considérés comme équivalents à ceux fabriqués par le Leica, jusqu’alors inégalé. C’était jusqu’en 1954, lorsque le fabricant allemand a lancé son modèle M3, un appareil photo à télémètre de 35 mm doté d’un viseur remarquablement clair et d’une précision quasi parfaite du télémètre.

La sortie du M3 a marqué un moment charnière dans l’histoire de la production d’appareils photo et même dans l’histoire de la photographie dans son ensemble. Plutôt que d’essayer de développer un concurrent direct au M3, Canon, Nikon et certains autres fabricants d’appareils photo japonais ont plutôt porté leur attention ailleurs, en particulier sur le développement des appareils réflex à objectif unique (SLR).

Les appareils SLR existent sous une forme ou une autre depuis la fin du XIXe siècle et combinent généralement un système de miroir et de prisme, offrant au photographe une image plus précise que celle d’un appareil à télémètre. Toutefois, jusqu’à cette époque, ils étaient généralement onéreux et compliqués à utiliser, ce qui a considérablement freiné leur popularité.

En mai 1959, Canon lance le Canonflex, un réflex 35 mm qui présente de nombreuses caractéristiques uniques, notamment, sur sa base, un levier à vent qui permet un déclenchement rapide. Sa production n’a duré qu’un an lorsqu’il a été usurpé par le Canonflex R2000, mais, avec un certain nombre d’autres appareils de fabrication japonaise lancés à peu près à la même époque, dont l’emblématique Nikon F, il a joué un rôle important dans la domination des appareils SLR au cours des 50 années suivantes.

1971 a vu le lancement de l’un de leurs appareils les plus emblématiques, le F1, leur premier appareil SLR de niveau professionnel légitime. C’est le premier appareil qui permet de mesurer en pleine ouverture et il est désigné comme l’appareil 35 mm officiels pour les Jeux olympiques de Montréal en 1976 et les Jeux olympiques d’hiver de 1980 à Lake Placid, aux États-Unis, un moment charnière pour Canon, une marque désormais si synonyme de photographie sportive.

Fin 1973 est sorti le premier appareil photo réflex à exposition automatique, l’EF, puis en avril 1976, le premier appareil photo commandé par microordinateur au monde, l’AE-1. Comme son prédécesseur, il est devenu un appareil extrêmement populaire auprès des utilisateurs professionnels, pour lesquels il a été conçu, et en 1984, il a été désigné comme l’appareil 35 mm officiels des Jeux olympiques de Los Angeles.

En mars 1987, à l’occasion de son 50e anniversaire, Canon a lancé sa gamme EOS (Electro-Optical System) sous la forme de l’EOS 650, un réflex autofocus conçu pour rivaliser avec le Minolta A-9000 et le Nikon F-501 sortis respectivement en 1985 et 86. Ils avaient auparavant produit un réflex autofocus en 1985 sous la forme du T80, mais ses performances n’ont pas pu rivaliser avec celles de ses concurrents très populaires, et sa production n’a duré qu’un peu plus d’un an.

L’EOS 650 était équipé d’un microprocesseur, d’un moteur de très haute précision (à ultrasons) et d’un capteur d’image à mémoire de base très sensible. Comme pour le F-1 et le nouveau F-1, ses performances de haute qualité l’ont rendu populaire auprès des photographes professionnels, en particulier ceux qui capturent des images de sport en direct.

En 2000, ils ont lancé l’EOS-1V dans le but de créer un mécanisme de mise au point automatique encore plus rapide et plus précis, ainsi qu’une prise de vue continue à grande vitesse et une grande fiabilité. Il pouvait prendre jusqu’à 9 images par seconde, disposait d’une version encore plus perfectionnée du système autofocus à 45 points et d’un boîtier incurvé unique en son genre. Cette combinaison de forme et de fonction a permis à l’appareil de remporter le Grand Prix du 17e concours annuel d’appareils photo du Club des photojournalistes.

La fin des années 90 et le début des années 2000 ont vu des avancées spectaculaires dans la technologie des caméras numériques et vidéos, à la suite desquelles Canon a continué à développer les deux formats. L’été 2000, Canon a lancé l’EOS D30, son premier réflex numérique entièrement conçu et fabriqué en interne. Bien qu’ils aient déjà sorti deux réflex numériques, à la fin des années 1990, le Canon EOS D2000 et l’EOS D6000, était composé de boîtiers Canon avec dos numérique Kodak, dans le cadre d’un contrat entre les deux sociétés.

Jusqu’à cette époque, les appareils photo réflex étaient utilisés presque exclusivement par des photographes professionnels, principalement en raison de leur prix élevé, et les réflex numériques étaient généralement grands et encombrants. L’EOS D30, en plus d’être le plus petit et le plus léger des réflex numériques sur le marché, était facile à utiliser et possédait des caractéristiques telles que le mode entièrement automatique, une fonction de mesure évaluative de 35 zones et un flash automatique E-TTL intégré, ce qui permettait de capturer facilement des images naturelles et claires, quelles que soient les conditions.

PS : Le service de mise en relation avec les SAV proposé par le site contacter-sav.org est un service indépendant et non affilié à la société Canon Photo. Les coordonnées gratuites ou de mise en relation sont indiquées dans les textes ci-dessus.

Page de renseignement SAV pour Canon Photo crée le 22 juin 2020 – Indice 0 

Dernière modification : 28/12/20

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.