Popularité de la marque Canal Plus Decodeur

350

Contacter le SAV Canal Plus Decodeur

Pour contacter le service Canal Plus Decodeur sur son service après-vente (S.A.V), vous pouvez consultez les informations sur cette page.

Le nom de l’entreprise concerné par le service après vente possède plusieurs dénominations ou marques comme : Canal Plus Decodeur, @canalplusciv ou assistance.canalplus.com et elle travaille généralement dans le secteur Technologie / Internet et plus précisément dans la catégorie Chaîne de télé .

Vous pouvez contacter le SAV ou service après vente canal plus decodeur par exemple pour les motifs suivant :

  • Réparation, Bug, cassé ou autre anomalie avec Canal Plus Decodeur France
  • Colis endommagé ou abîmé en provenance de Canal Plus Decodeur 
  • Demande de facture, remboursement ou un avoir chez Canal Plus Decodeur 
  • Demande de garantie ou prise en charge assurance avec Canal Plus Decodeur en France
  • Faire une réclamation à canal plus decodeur

SAV Canal Plus Decodeur par téléphone

Mise en relation avec le Service après vente Canal Plus Decodeur ci-dessous :

Disponibilité : 7j/7 et 24h/24

*Mise en relation au 0890598054 (0,80€/min + prix d’un appel local)

Canal Plus Decodeur est sur Facebook

@canalplusciv

Chaîne de télé

Adresse de la page Facebook : 158071
https://fr-fr.facebook.com/canalplusciv/

Contacter Canal Plus Decodeur SAV par internet

Voici l’url de la page correspondant aux services après vente pour Canal Plus Decodeur :

https://assistance.canalplus.com/

Vous pouvez trouver plus d’informations si besoin sur le site internet assistance.canalplus.com

Horaires d’ouverture du service SAV Canal Plus Decodeur

Aucune donnée

Liste des magasins en France Canal Plus Decodeur

Aucune donnée

Questions courantes sur Canal Plus Decodeur

Aucune donnée

Description de l’entreprise Canal Plus Decodeur et de son SAV

Histoire de Canal Plus

Avec près de 14 millions d’abonnés en Europe et en Afrique, Canal Plus est l’un des premiers fournisseurs de télévision par abonnement au monde. Outre son service de télévision à péage Canal+, présent en France, en Suède, aux Pays-Bas et en Espagne, la société détenait jusqu’au début de l’année 2000 une participation de près de 70 % dans Canal Satellite, le fournisseur français de télévision par satellite, ainsi qu’une participation de plus de 70 % dans Multithematiques, qui fournit des chaînes thématiques aux marchés de la télévision par câble et par satellite. Des investissements agressifs à Hollywood et la création de ses propres sociétés de production ont fait de Canal Plus un acteur important de l’industrie cinématographique américaine et européenne, et plus particulièrement en France, où la société détient près de 90 % de toutes les activités de production cinématographique française, ce qui lui permet de profiter de sa forte implication sur les deux continents. Tournée vers l’avenir, Canal Plus s’est associée à l’ancien actionnaire principal Vivendi dans le partenariat 50-50 Vivendi-Net (V-Net), créé pour combiner les intérêts des deux sociétés dans le domaine de l’Internet. Canal Plus a également accéléré le développement de ses propres décodeurs d’accès à Internet, prévoyant d’investir quelque 220 millions d’euros dans ce projet en l’an 2000. En janvier 2000, Canal Plus a annoncé que le conglomérat français d’armement et de médias Lagardère Group SCA avait acquis une participation importante dans le secteur de la télévision numérique de la société, en prenant 34 % de Canal Satellite et près de 27,5 % de Multithematiques, pour un prix de plus de 7 milliards de francs français.

Canal Plus, pionnier de la télévision à péage en France dans les années 1980

Canal Plus est la création d’André Rousselet, président du géant français des médias et de la publicité Havas. Si certains observateurs ont été surpris que le premier groupe de publicité en France s’engage dans un média qui n’a pas besoin de publicité extérieure, Havas espérait que cette initiative novatrice lui ouvrirait un marché potentiellement rentable. Rousselet a décidé de lancer une chaîne de télévision par abonnement en novembre 1984 afin d’offrir au public français une alternative aux comédies et aux émissions de variétés généralement diffusées sur les trois chaînes publiques qui existaient alors. Prétendant que personne ne paierait pour les programmes de télévision, les critiques ont surnommé la société « Canal Minus ».

En fait, les abonnements étaient extrêmement faibles au départ et la société a annoncé des pertes de 330 millions de francs pour la première année. De plus, certain homme politique, dont Laurent Fabius, le Premier ministre français, n’était pas favorables à la télévision commerciale et ont demandé le retrait de la licence de diffusion de Canal Plus. Rousselet, cependant, était un ami personnel, partenaire de golf et ancien chef de cabinet du président François Mitterand ; il a pu acquérir une concession gouvernementale qui donnait à Canal Plus un monopole presque officiel sur la télévision par abonnement. De plus, Rousselet et Pierre Lescure, le directeur général de la société, ont mis en place une programmation de printemps agressive de films à succès, épuisant toute sa programmation pour la saison suivante, dans le but d’attirer les téléspectateurs. Soudain, les abonnements ont repris. Ce succès initial a convaincu Canal Plus que le fait de donner aux téléspectateurs ce qu’ils ne pouvaient pas obtenir à la télévision gouvernementale — des comédies à succès américaines et des dramatiques françaises — était essentiel à son succès futur.

Outre l’efficacité du réseau politique de Rousselet et la programmation novatrice de la chaîne, Canal Plus a bénéficié du manque de concurrence, des taxes élevées sur les magnétoscopes domestiques et d’un marché vidéo atone. L’utilisation d’une chaîne de diffusion et de décodeurs existants a permis à la chaîne d’éviter de payer les câblodistributeurs pour la diffusion des émissions et a donné à la chaîne une couverture nationale presque immédiate. Ces avantages se sont avérés valoir les dépenses engagées par la société pour améliorer les premiers décodeurs, connus pour leurs problèmes techniques.

En outre, Canal Plus a été exemptée de la règlementation qui obligeait les chaînes gratuites à ne diffuser des films que trois soirs par semaine et à attendre trois ans pour diffuser un film après sa sortie au box-office. Ainsi, Canal Plus a pu diffuser des longs métrages seulement un an après leur sortie en salle. La chaîne a également réussi à utiliser certaines restrictions à son propre avantage. Par exemple, la règlementation du gouvernement socialiste exigeait que Canal Plus diffuse quelques heures par jour avec un signal non crypté afin que tous les téléspectateurs puissent profiter du nouveau service, et ces émissions non cryptées ont été transformées en promotion gratuite idéale pour la programmation régulière de la chaîne. Selon Pierre Lescure, deux abonnés sur trois ont regardé la chaîne pour la première fois pendant ces heures gratuites. Le gouvernement a également exigé que la chaîne ne consacre pas plus de 45 % de son temps d’antenne aux films. Cette restriction a encouragé Canal Plus à développer d’autres programmes intéressants. Les émissions sportives sont ainsi devenues l’une des spécialités de la chaîne, qui a obtenu l’exclusivité des matchs de football nationaux et une couverture de qualité de la boxe et du football américain. Lorsque le gouvernement a succombé aux pressions de l’industrie cinématographique pour interdire la diffusion des films de la société pendant les heures de pointe, la station a élargi sa programmation au-delà des films pour y inclure des émissions d’interviews, des documentaires et de la pornographie douce.

En 1985, Mitterand a annoncé l’ouverture de stations de télévision commerciales privées. Alors que ces nouvelles stations offraient une concurrence sérieuse à Canal Plus, la société a réussi à atteindre le seuil de rentabilité l’année suivante. Depuis lors, la croissance s’est maintenue autour de 25 % par an, chaque nouvel abonné ajoutant environ 2 000 francs de chiffre d’affaires annuel, mais nécessitant beaucoup moins de frais supplémentaires. Une publicité agressive et une gestion compétente de la base de téléspectateurs ont permis de maintenir les abonnements à un niveau élevé. Une politique de débit des frais sur les comptes bancaires des abonnés a contribué au taux de renouvèlement extrêmement élevé des abonnements des téléspectateurs, qui s’est élevé à environ 95 %. La stabilité financière de Canal Plus s’est donc considérablement améliorée, les frais d’abonnement représentant près de 90 % du chiffre d’affaires total. Lorsque l’action de la société est entrée sur le marché en 1987 et est passée de 275 à 575 francs par action en un an, la station était florissante, avec des bénéfices de 100 millions de dollars en 1988. La chaîne avait pénétré dans 15 % des 18 millions de foyers français. En 1989, Canal Plus comptait près de trois-millions d’abonnés, ce qui représente un taux de pénétration comparable en France à celui de Home Box Office Inc. (HBO) avait accompli aux États-Unis, sans les 12 ans d’avance de HBO.

Avec une base solide en France, Canal Plus cherchait à se développer à l’international. Ses tentatives de connexion avec le Télécinéma Romand, basé à Lausanne, ont été contrecarrées par le gouvernement suisse en 1988. Cependant, l’année suivante, Canal Plus a lancé une chaîne en Belgique, dont elle contrôlait 33 %, et a conclu un consortium avec Prisa, un groupe de médias, qui a obtenu une licence pour lancer une chaîne de télévision privée en Espagne. En partenariat avec Bertelsmann et le groupe Kirch, Canal Plus a lancé le premier service national de télévision à péage en Allemagne, la chaîne Première.

Alors que Canal Plus devait faire face à une concurrence accrue et avait moins de relations politiques à l’étranger, ses partenaires locaux ont contribué à adapter sa programmation de films et de sports aux goûts locaux. En France également, Canal Plus a créé de nouvelles chaînes thématiques proposant des programmes spécialisés, notamment des émissions pour enfants et des films classiques. Bien que ces nouvelles chaînes étrangères et nationales aient initialement perdu de l’argent, elles se sont avérées être de bons investissements en devançant les concurrents locaux. Au moment où Canal Plus s’est étendue à l’Afrique en 1990 avec Canal Horizons, la chaîne était devenue la chaîne d’abonnement la plus populaire en Europe et était la deuxième au monde après HBO.

Au milieu des années 80, Canal Plus a commencé à essayer d’acquérir les droits de télévision d’émissions américaines populaires. D’abord rejetée comme un nouveau venu, la chaîne française a rapidement conquis Hollywood par son succès et son expansion internationale, mais elle est restée très dépendante des studios de cinéma américains pour les superproductions, qui étaient essentielles à sa programmation. En fait, en 1991, Canal Plus payait 100 millions de dollars par an rien que pour acquérir les droits des films américains. Espérant éviter de payer les prix élevés d’Hollywood, Canal Plus s’est lancée directement dans la production de films elle-même, en acquérant une participation de cinq pour cent dans Carolco Pictures, un studio américain indépendant, pour 30 millions de dollars en 1991. Cette année-là, la société a également lancé Studio Canal Plus, sa propre société de production hollywoodienne, qui disposait d’un fonds de roulement de 200 millions de dollars et qui s’est ensuite associée à Universal Pictures pour coproduire des films. Canal Plus a également conclu un accord avec Warner Brothers et le groupe de médias allemand Scriha & Deyhle pour aider à financer la société de production indépendante d’Arnon Milchan, Regency International. Grâce à ces divers investissements, Canal Plus a contribué à la production de films à succès tels que Terminator 2, JFK et Basic Instinct.

Les tentatives de la société pour assurer sa position dans l’industrie du cinéma ne se sont cependant pas toutes déroulées sans heurts, car elle a dû passer par pertes et profits les 20 millions de dollars qu’elle avait investis dans Carolco pour aider cette société à sortir de la faillite. Cette perte n’a pas été bien accueillie par les investisseurs, et le cours de l’action de Canal Plus a chuté. Pendant ce temps, Canal Plus a également retiré progressivement son partenariat en capital avec Milchan, producteur du film à succès Pretty Woman. Néanmoins, Canal Plus a continué à investir dans Carolco et n’a pas cessé d’acheter les droits européens de la plupart des films de Milchan. En fait, la société a entrepris une autre entreprise de production sous la forme d’Hexicon Films, une société de production à part entière, qui a sorti un film intitulé Money Men.

Le rôle important de Canal Plus dans les industries cinématographiques américaine et française est devenu particulièrement évident au début des années 1990. En 1992, Canal Plus était le plus gros acheteur européen de droits de films américains et restait important pour les studios américains souhaitant avoir accès au marché de la Communauté européenne, compte tenu de l’attitude de plus en plus protectionniste de l’industrie cinématographique européenne. Dans le même temps, la direction de Canal Plus a exprimé le désir de jouer un rôle de premier plan dans la modernisation et le renforcement de la production cinématographique européenne. L’obligation de la société de consacrer dix pour cent de ses recettes à des films de fabrication française a renforcé son influence dans l’industrie cinématographique française en difficulté, qui avait d’abord considéré la chaîne par abonnement comme un concurrent. Avec l’arrivée d’un nombre croissant de films hollywoodiens sur le marché européen, Canal Plus a fini par être considérée comme un sauveur pour l’industrie cinématographique française, avec ses investissements importants dans les films français.

Canal Plus a commencé à diffuser par satellite en 1992 pour atteindre les régions de France non raccordées au réseau câblé, en développant des filiales pour construire des antennes satellites et des décodeurs. Cependant, cette entreprise a engendré des conflits avec le gouvernement sur l’utilisation de la norme D2-Mac pour la diffusion par satellite. Le soutien du gouvernement à cette norme a brisé le monopole dont Canal Plus jouissait sur le marché des décodeurs. Néanmoins, Canal Plus continue à toucher de plus en plus de téléspectateurs, franchissant le cap des quatre millions de téléspectateurs en France, ce qui a longtemps été considéré comme le niveau de saturation.

La société poursuit sa politique d’expansion européenne en investissant dans des chaînes câblées telles que European Sports Network et en entrant sur le marché britannique avec une participation de dix pour cent dans TVS. En 1992, la chaîne s’est associée à BSkyB, un autre puissant service européen de télévision par abonnement, pour offrir une télévision numérique multicanaux à péage en Europe. En 1992, Canal Plus s’est également associée à la News Corporation de Rupert Murdoch pour développer de nouveaux services de télévision dans toute l’Europe.

Entre 1988 et 1993, le stock de Canal Plus a augmenté de 378 % et les ventes ont atteint 1,5 milliard de dollars. Alors que la croissance des bénéfices et le rendement du capital de la chaîne devaient légèrement diminuer tout au long des années 1990, en raison de ses investissements dans la télévision par câble et les chaînes étrangères, la poursuite de la croissance devait soutenir les bénéfices une fois que la société aurait dépassé le seuil de rentabilité de ses nouveaux investissements. En effet, à la fin des années 1990, la plupart des activités de la société se sont avérées rentables. Cependant, la poursuite de son expansion internationale, en particulier sur le marché italien sous-développé, a fait baisser les bénéfices nets de l’entreprise.

En février 1994, Rousselet a quitté le conseil d’administration, en raison de son désaccord avec les mouvements de capitaux, mais aussi, semble-t-il, en raison d’un désaccord sur l’intrusion du gouvernement dans les activités de la société. Rousselet a été remplacé par Pierre Lescure, qui a maintenu Canal Plus sur sa lancée pour construire l’un des réseaux de médias dominants en Europe. Entre-temps, Canal Plus avait commencé à faire face à une nouvelle concurrence, au niveau national sous la forme du diffuseur par satellite AB Sat et d’une initiative de paiement à la séance de Lyonnaise Communications, et à l’étranger également avec le service de six chaînes par satellite, Taurus Programming, en Espagne, et l’expansion sur le continent du service par satellite BSkyB du Royaume-Uni.

À la fin des années 1990, Canal Plus a néanmoins conservé son avance et a continué à donner le ton aux chaînes de télévision. En 1996, la société a été la première à lancer des transmissions numériques par satellite. Dans le même temps, la société a renforcé son stock de programmes en rachetant la bibliothèque de Carolco Pictures, ainsi que celle d’UGC DA, l’une des plus importantes d’Europe. L’année suivante, Canal Plus a racheté la société Nethold, basée en Hollande, faisant du groupe français le premier fournisseur de télévision numérique d’Europe. Canal Plus a également pris le contrôle majoritaire de la société française NC Numericable (anciennement CGV), lui donnant ainsi l’un des plus grands réseaux de télévision par câble du pays. L’année suivante, la société a ajouté des services de télévision numérique en Scandinavie et en Pologne.

Canal Plus, qui avait lancé son propre site web en 1995, s’est joint à la ruée vers l’Internet pour le nouveau millénaire. Après avoir conclu un accord de fourniture de contenu avec AOL (America Online in Europe) et Bertelsmann AG, la société a formé, avec le principal actionnaire de l’époque, Vivendi, un partenariat à parts égales appelé V-Net (Vivendi-Net) dans le but de fournir du contenu à l’ensemble des nouveaux marchés de transmission de l’information, et notamment au marché de la téléphonie mobile qui, avec le développement du WAP (Wireless Application Protocol), devait devenir le principal moyen d’accès à l’internet au cours de la première décennie du nouveau siècle.

Canal Plus a continué à explorer de nouveaux partenariats. Après avoir interrompu les pourparlers de fusion avec BSkyB en 1999, la société a annoncé un accord avec le géant de la téléphonie mobile Vodaphone pour se joindre à V-Net dans le lancement de MAP, un service de portail de contenu interactif à l’échelle européenne. Puis, en janvier 2000, Canal Plus a annoncé que le conglomérat français Lagardère, spécialisé dans l’armement et les médias, avait pris une participation importante dans deux de ses filiales, CanalSatellite et Multithematiques, ce qui allait permettre d’élargir l’offre de contenus de Canal Plus. Dans le même temps, Canal Plus a renforcé sa branche amont en annonçant la fusion de sa filiale de production télévisuelle Ellipse Programme avec le grand fournisseur de programmes français Expand, une mesure annoncée en février 2000.

Malgré une perte de 136 millions d’euros en 1999, presque entièrement due aux efforts de la société pour s’implanter en Italie, Canal Plus a continué à enregistrer une forte croissance, portant son chiffre d’affaires à 3,3 milliards d’euros. Cette année-là, le nombre total d’abonnements de la société a dépassé 13,7 millions, soit une augmentation de 17 % par rapport à l’année précédente. Ses premiers investissements dans la télévision numérique, cependant, ont semblé devenir son marché le plus porteur ; avec quatre-millions d’abonnés en 1999, la société a enregistré un taux de croissance des abonnés de 58 % en une seule année. Avec un marché de la télévision par abonnement relativement peu développé dans toute l’Europe, et les avancées importantes de la société sur les marchés de l’Internet et des contenus à accès multiple, Canal Plus semblait pouvoir maintenir sa position de leader.

PS : Le service de mise en relation avec les SAV proposé par le site contacter-sav.org est un service indépendant et non affilié à la société Canal Plus Decodeur. Les coordonnées gratuites ou de mise en relation sont indiquées dans les textes ci-dessus.

Page de renseignement SAV pour Canal Plus Decodeur crée le 22 juin 2020 – Indice 6 

Dernière modification : 23/12/20

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.